JODOIGNE

Maxime Dubois a aussi été récompensé pour ses prestations sur les terrains de rugby

RÉCOMPENSES Un mérite sportif, ça s’acquiert souvent par des performances, des résultats, des titres,... Vendredi, pourtant, c’est un homme de l’ombre que la ville de Jodoigne a voulu mettre en avant : Jules Meurice, 80 ans cette année.

Pas parce qu’il est le père de l’échevin des Sports ! Non, pour son activité au sein du club de foot depuis la fin des années 1960 : délégué des équipes de jeune, président des jeunes, trésorier, maître de la buvette,...

Bande de farceurs ! ”, souriait-il en pensant à ses proches, qui l’avaient fait venir sans lui avouer pourquoi par peur qu’il refuse. “Mais j’avoue que ça me fait grand plaisir.”

L’autre mérite individuel est allé à Maxime Dubois. Ce rugbyman a 16 ans… et un bel avenir dans cette discipline, lui qui est international U17. “Ce qui me plaît dans ce sport, c’est l’aspect collectif, l’esprit de groupe, la possibilité de se donner à fond”, résume-t-il. “Mon ambition? Continuer en m’amusant. Pas forcément en faire ma vie même si, bon, s’il y avait une opportunité…”

Les mérites collectifs sont allés au tennis de table de Zétrud-Lumay pour l’ensemble de sa saison, et au Relais 4 x 100 m du club de natation, champion francophone en minimes garçons.

Signalons aussi les mises à l’honneur des équipes de jeunes championnes de la RAS Jodoigne (minimes, cadets série J et cadets série S); les 1res places au classement des pupilles et cadettes du Royal Jodoigne basket association; la montée en 3e provinciale de l’équipe 2 du tennis de table de Dongelberg; ainsi que les trois teams champions du tennis de table de Zétrud-Lumay (Moulin A, B et C).

À noter, enfin, le coup de cœur pour les Kangourous, l’équipe de Notre Maison. Lors des Special Olympics, une compétition réservée à des athlètes présentant un handicap mental, ce cercle sportif a terminé premier en tête en basket, a ramené le prix du fair-play... et a récolté les médailles d’or, argent et bronze en natation et tennis de table. “Ce passage sur la scène des mérites sportifs, ils l’ont pris avec beaucoup de fierté”, constate Guy Degreef, un des responsables des Kangourous. “Cette récompense est une reconnaissance du travail accompli. Ils l’ont bien compris.”



© La Dernière Heure 2010