Raphaël a lancé "Les Chenapperies", des histoires satiriques mettant en scène des personnages et des lieux de la province.

Kim-Jong Un débarque à Genappe ; le pull noué autour des épaules fait son entrée au patrimoine matériel de l’Unesco ; le Couronné virus qui touche Jean-Marc de Vieux-Genappe… Voilà quelques pitchs des récentes histoires loufoques que Raphaël Lillo a inventées de toutes pièces dans ses "Chenapperies", sorte de Gorafi brabançon.

Depuis l’été dernier, le Genappien invente des histoires improbables et rocambolesques mettant en scène des personnages, souvent des élus communaux, et des lieux emblématiques du Brabant wallon. Il en publie environ cinq par semaine et tente de les viraliser sur les groupes Facebook de chaque entité concernée par l’histoire. Et certains de ses gags font un véritable carton sur la Toile, comme "le pull noué autour du cou entré au patrimoine matériel de l’Unesco".


" Cette publication a été un tournant, elle a été vue plus de 250 000 fois et partagée plus de 1 000 fois . C’est assez fou, c’est pourtant un truc que j’ai mis dix minutes à écrire. D’habitude, mes publications atteignent habituellement entre 8 et 10 000 personnes , explique Raphaël qui n’en revient toujours pas de l’engouement pour ses histoires.

L’auteur originaire de Loupoigne s’amuse à mettre en scène principalement les bourgmestres et échevins, mais également des personnes impliquées dans l’associatif, des communes de Genappe, de Court-Saint-Étienne, de Villers-la-Ville et, plus récemment, de Waterloo. Mais il a l’intention d’élargir ses gags aux autres communes du Brabant wallon.

Et la réaction des élus ? " Ils sont très amusés , assure Raphaël. J’évite les attaques personnelles, j’en fais des héros. Je m’amuse à détourner la vie politique, ce n’est jamais méchant. "

Mais il avoue ne pas faire l’unanimité auprès des internautes et certains lui disent franchement qu’ils n’apprécient pas son humour. " On ne peut pas plaire à tout le monde... À côté de ça, il y a ceux qui croient à mes histoires et ça, ça me fait mourir de rire. Plus c’est gros, plus ça passe. "

Employé au Bozar depuis vingt ans, Raphaël espère pouvoir faire un jour de ce passe-temps son activité principale et en tirer un revenu. Il envisage par exemple de mettre en vente des goodies "Chenapperies".

Un premier livre qui en amènera d’autres

Suite à plusieurs demandes, Raphaël Lillo a décidé de faire éditer ses histoires dans un recueil de nouvelles qu’il a baptisé Les Chenapperies (Le livre en papier, 12€). D’une centaine de pages, l’ouvrage ne reprend que les meilleures histoires liées à Genappe, celles qui ont suscité le plus de réactions sur les réseaux sociaux.

Pour cette première impression, l’auteur a fait éditer 270 exemplaires. Il proposera une séance de dédicace lors du bar littéraire au Monty, à Genappe, vendredi prochain à 20 heures. L’occasion de rencontrer ses fidèles lecteurs à qui il n’a pas toujours l’occasion de répondre sur Facebook.

Mais ce premier bouquin ne sera pas le dernier : Raphaël a l’intention d’en éditer deux autres, encore cette année. Le premier, avant l’été, sera un recueil de nouvelles plus généraliste, touchant aux autres communes du Brabant wallon. Le second, qui paraîtra à la période d’Halloween, sera résolument plus sombre avec des histoires ténébreuses.

"Cela permettra de montrer que je suis à l’aise dans tous les genres. je veux être considéré comme inclassable", résume l’auteur.