Le 10 novembre 2018, plusieurs jeunes faisaient la fête dans un café du centre de Nivelles et à un moment, deux d’entre eux se sont empoignés. Ils se sont ensuite retrouvés au sol et c’est alors que Mohamed H. s’est approché et a donné deux coups de couteau à chacun. Des coups assez fort pour blesser la première victime au thorax, et pour lacérer le rein du deuxième.

Les blessés en ont réchappé mais des zones létales ont été touchées et celui qui a eu le rein perforé aurait pu en mourir s’il n’avait pas été soigné à l’hôpital. La lame est rentrée de 7 à 8 centimètres dans son corps. Ce qui a poussé le parquet à poursuivre l’agresseur pour tentative de meurtre.

Mohamed H., lorsqu’il a été entendu par les policiers, a d’abord affirmé qu’il avait voulu défendre un de ses amis, que les victimes auraient agressé ce soir-là. Les images des caméras de surveillance de la ville de Nivelles ont montré que ces explications étaient fantaisistes et devant le tribunal correctionnel, le prévenu ne défendait plus cette thèse.

Il expliquait en revanche qu’il était sous l’effet de l’alcool et des stupéfiants lors des faits, et qu’il ne savait plus ce qu’il faisait. Il niait également l’intention de tuer.

Le jugement rendu mercredi n’en croit rien. L’agresseur était manifestement lucide après l’attaque puisqu’il a pris la peine de ramasser le couteau par terre après avoir frappé, et qu’il s’en est débarrassé. On sait qu’il est ensuite rentré chez lui, où il est ressorti rapidement avec un mystérieux sac qu’il devait manifestement évacuer, avant de rentrer à nouveau dans l’attente de la visite de la police.

Quant à l’intention de tuer, le tribunal relève qu’elle ne fait aucun doute, vu le nombre de coups de couteau, la force employée et les zones visées. Le prévenu écope de cinq ans d’emprisonnement, cependant assortis d’un sursis probatoire total vu la reprise en main dont le jeune homme a fait preuve depuis les faits.