Brabant wallon

Le skipper de Noduwez est arrivé 43e sur 65.

C’est avec la voix rauque que Thibault Raymakers nous a répondu depuis Las Palmas, aux Îles Canaries, où il est arrivé mardi soir, après exactement 10 jours, 9 heures et 39 minutes de navigation en solitaire, sans moyen de communication, sur son voilier de 6,5m.

J’ai hurlé plusieurs fois contre moi-même, raconte le skipper originaire de Noduwez (Orp-Jauche). Je vivais l’ascenseur émotionnel, j’avais l’impression de tout faire à l’envers, la météo n’est pas facile à comprendre. À un moment donné, tu pètes un plomb. Je suis peut-être parti dans l’esprit de faire beaucoup de portants (vents arrière qui poussent le bateau, NdlR) mais on a eu surtout des vents de près. On a pris deux fronts, ce qui fait que les conditions n’étaient pas faciles, ça tape fort et ça rallonge ta route.

Il faut dire que le skipper a rencontré un important problème technique au début de sa course, ce qui ne l’a pas aidé à garder son calme. “C’était un peu plus difficile car j’ai eu un problème avec le mât : le sabot qui le maintient est parti. Le mât a eu un jeu de 10cm, ce qui est énorme et de l’eau est entré sur le bateau. Mon iPod est tombé à l’eau et, sans musique, je me suis senti très seul à certains moments. Je me suis arrêté et j’ai pu récupérer le sabot mais j’avais toujours cette peur au ventre de mettre trop de voile. À un moment donné, je me suis dit “qu’est-ce que je fous ici”. C’est vraiment difficile la course au large. J’ai pris ma GoPro pour me filmer quand je me disais que je ne referais plus de course au large car j’ai tendance à l’oublier quand j’arrive au port.”

Thibault Raymakers est arrivé 43e sur 65 dans sa catégorie et est le premier sur les trois Belges de la compétition. “Au niveau de la place, ce n’est pas catastrophique. C’est sûr que j’espérais mieux, mais j’ai fait un bon timing car l’écart en temps n’est pas énorme par rapport aux gens devant moi.”

L’Orp-Jauchois va maintenant pouvoir se reposer d’ici le départ le 2 novembre pour le Marin, en Martinique. Sa famille, dont sa petite fille, arrivera dans les prochains jours aux Canaries pour le booster au maximum avant le début de la véritable Mini Transat.