À partir du 1er février, de nouveaux titres de transport combinant Stib, TEC, De Lijn et SNCB seront disponibles à Bruxelles, sous le nom de "Brupass". Les tickets intermodaux dénommés "Brupass XL" couvriront également une partie de la périphérie bruxelloise.

Si l’initiative dispose de plusieurs avantages comme celui de la simplicité avec un seul ticket et de l’attractivité avec un tarif unique, il comporte aussi quelques inconvénients, au détriment des Brabançons wallons, selon le député André Antoine (CDH). "Dans un premier temps, seul le site de la gare de Braine-l’Alleud sera concerné à la différence de tous les autres quartiers de la ville qui ne pourront pas bénéficier de ce tarif unique, déplore le Perwézien. Que dire d’Ottignies Louvain-la-Neuve, avec ses deux gares et ses milliers de navetteurs ? Même désolation pour les usagers des rapidos de Wavre vers Delta et Woluwe ou encore la ligne W vers la gare du Midi tout autant oubliés par ce dispositif."

Face à cette problématique, André Antoine a donc interrogé le ministre de la Mobilité Philippe Henry (Ecolo) en vue d’une extension, notamment, du rayon d’action de ce ticket unique. "Nous ne sommes qu’au début d’un long processus de discussion technique et l’objectif est d’avoir une zone plus ambitieuse au niveau des tarifs dans un rayon d’une trentaine de kilomètres dans et autour de Bruxelles", précise le ministre.

L’idée est donc bien, à l’avenir, d’élargir progressivement cette zone pour offrir quelque chose de pertinent ainsi que des solutions concrètes. Une bonne nouvelle mais André Antoine aimerait tout de même qu’une décision plus rapide soit prise par les autorités. "Je préconiserais un système de compensation plutôt qu’un tarif unique si le titulaire utilise la carte digitale ou un ticket. Je parle d’une compensation entre les opérateurs concernés."

En attendant que l’une ou l’autre solution ne se dégage, les Brabançons wallons ne pourront pas pleinement profiter de ce ticket unique, pourtant bien utile pour se rendre dans la capitale.