Brabant wallon

Gérard Couronné a salué la décision de la ministre De Bue.

La décision de la ministre wallonne de la sécurité routière Valérie De Bue, qui casse l'arrêté de son prédécesseur Carlo Di Antonio, va dans le sens prôné depuis des semaines par les acteurs de terrain en Brabant wallon. Les bourgmestres les plus concernés, à Nivelles, Genappe ou encore Court-Saint-Etienne avaient critiqué cet arrêté et la fédération MR du Brabant wallon avait appelé au maintien des tracteurs sur la quatre-bandes. Le PS avait proposé une motion allant également dans ce sens et qui avait été votée à l'unanimité dans plusieurs conseils communaux, y compris par des élus locaux cdH.

"Cette décision est une excellente nouvelle pour nos agriculteurs et pour nos communes: on revient enfin à la réalité! La ministre a bien fait de casser la décision, elle rejoint la position que les bourgmestres défendent depuis des mois. Il faut laisser les tracteurs sur la RN25 mais pas sans contrôler la vitesse, et sans doute la limiter à certains endroits. Une telle limitation ne pénalisera pas les automobilistes. Au contraire, elle améliorera leur sécurité", indique le bourgmestre de Genappe, Gérard Couronné. 

Le bourgmestre de Genappe rappelle aussi que lorsque la RN25 a été créée, des garanties avaient été données aux agriculteurs dont elle traversait les terres. Il avait été convenu qu'ils pourraient emprunter ce nouvel axe, et la décision prise par le ministre Carlo Di Antonio ne respectait pas les promesses faites à l'époque. 

Du côté de la province du Brabant wallon, qui s'était également penchée sur la sécurisation de la RN25, le président du collège provincial Mathieu Michel qualifie de "raisonnable" la décision prise par la ministre De Bue. "Il est important à présent de réaliser une véritable analyse pour sécuriser cette voirie, sans uniquement se focaliser sur les tracteurs - je pense que cela représente 5% des accidents sur la RN25 - mais en prenant la problématique dans sa globalité. C'était la demande des communes et du monde agricole, donc je suis satisfait de la décision de la ministre De Bue", confirme Mathieu Michel.