La mise à quatre voies du tronçon Ottignies-Sud de la Ligne 161 quasi finie

OTTIGNIES-LLN Le passage à niveau du Renivaux a disparu. Dans le cadre de la mise à quatre voies de la ligne 161, il a été remplacé par une tranchée couverte. De quoi sécuriser les abords du collège du Christ Roi, qui envisage d’ailleurs de profiter de la plate-forme afin de créer une salle de sports.

Des murs verts qui doivent encore être verdurisés permettent de soutenir le talus, tout en diminuant les nuisances sonores des riverains, le viaduc est déjà réalisé et l’on peut déjà voir les plates-formes qui accueilleront les deux nouvelles voies, de part et d’autre des voies existantes, “afin de minimiser l’emprise”, explique Philippe Denayer, chef de projet de la mise à quatre voies chez Tuc Rail.

Quant au tronçon de la rue de Franquenies, il a permis de renouveler le pont, qui ne permettait le passage que d’une seule voiture. “Un nouveau pont surplombant deux bandes de circulation et deux pistes cyclables a été construit à côté du premier”, indique Philippe Denayer. Un décalage qui s’explique par des contraintes techniques : le nouveau pont est perpendiculaire aux voies. L’ancien pont, en biais, sera remblayé.

Le chantier RER Ottignies sud (avenue des Combattants – rue de Franquenies) qui a débuté en août 2006 et doit se terminer en août 2010 aura coûté 40 millions d’euros. Le tronçon de 2,5 km a mobilisé jusqu’à 70 ouvriers. Après les travaux de génie civil, il s’agira de placer un portique pour les caténaires, puis les voies et le ballast, avant d’installer les caténaires proprement dites.

“Dès 2016, la ligne 161 sera à quatre voies dans son ensemble”, explique Corine Athas, porte-parole d’Infrabel. “Néanmoins, on ne pourra pas encore inaugurer le RER, puisque des tronçons seront encore manquants.” L’infrastructure sera donc à disposition de la SNCB, qui devra ensuite prévoir la flotte nécessaire pour parvenir aux quatre trains par heure.



© La Dernière Heure 2010