Brabant wallon

NIVELLES

Samedi, les gilles de l’Argayon ont dansé au son de la viole

FOLKLORE Entre les soumonces en sarraux et les soumonces générales, les Nivellois ont généralement droit à un week-end de répit sur le front carnavalesque.

Mais samedi après-midi, il y avait bien des gilles dansant dans le centre-ville. Pas de tambours ni de grosses caisses toutefois : c’est au son de la viole que les gilles de l’Argayon ont exprimé leur joie d’avoir 30 ans. Et en soirée, pour marquer cet anniversaire exceptionnel, ils ont été reçus à l’hôtel de ville par les autorités communales.

L’occasion de les remercier pour ce qu’ils apportent au carnaval. Philippe Bouffioux, le président de Nivelles en Fête, a également insisté sur l’importance de la transmission des traditions entre les anciens et les jeunes, ce qui garantit au carnaval aclot de durer.

L’Argayon est né en 1981, suite à une divergence de vue au sein d’une société préexistante. “Depuis, beaucoup de bière a coulé dans les pompes du Canotier” , a souri samedi soir le président, Benoît Longchamp. Et le groupe, qui est passé de 27 membres à 75 pour le prochain carnaval, a acquis une véritable spécificité. Ainsi, depuis 1989, on les reconnaît au premier coup d’œil lors des soumonces puisqu’ils défilent avec une casquette pied-de-poule surmontée d’un pompon rouge.

Il y a aussi le masque de cire que les gilles de l’Argayon ont adopté pour danser dans le centre-ville le dimanche matin du carnaval. Un rappel de la tradition binchoise, avec toutefois des différences puisque le modèle de Binche est déposé. C’est qu’au sein de l’Argayon, on ne badine pas avec le respect du folklore.

Leur adage est d’ailleurs “être gille entre amis et dans la tradition” . Ce qui n’empêche pas de s’amuser : la société est également célèbre pour ses poissons d’avril, l’ancien président, Daniel Heymans, étant un véritable spécialiste !

Sur Internet

http://argayon.e-monsite.com.



© La Dernière Heure 2011