Un an de prison avec sursis et une lourde amende après une dispute en état d’ivresse.


Dans la nuit du 11 au 12 avril 2018, Christelle et son compagnon n’avaient manifestement pas bu que de l’eau lorsqu’ils se sont disputés dans leur logement situé à Tubize. La dame, âgée de 45 ans, était manifestement très énervée et à un moment, elle a saisi un couteau de cuisine puis a frappé son homme avec cet instrument très tranchant.

Coup de chance, les plaies encourues par la victime n’ont été que superficielles, d’après ce qu’a relevé le médecin légiste qui est intervenu par la suite. Lorsqu’elle a été entendue par la police, la quadragénaire a affirmé qu’elle n’avait fait que se protéger, et qu’elle se trouvait donc en situation de légitime défense lorsqu’elle a frappé.

Une thèse qu’elle n’est pas venue défendre devant le tribunal correctionnel : pourtant valablement citée, elle faisait défaut à l’audience.

Le ministère public, lui, s’est appuyé sur les déclarations de plusieurs témoins ainsi que sur les constatations des policiers pour estimer qu’il ne s’agissait pas, dans le chef de la prévenue, d’un geste justifié par une légitime défense. Il a surtout souligné la dangerosité du comportement de la prévenue agissant sous l’effet de l’alcool, donc sans doute sans trop de contrôle…

Sans toutefois aller jusqu’à la tentative de meurtre dans les préventions à retenir : l’intention de Christelle, en s’emparant de ce couteau, n’était vraisemblablement pas d’ôter la vie à son compagnon, comme le montre le type de blessures encourues.

Le tribunal, dans le jugement qu’il vient de rendre, ne retient pas non plus cette intention d’homicide mais il fustige l’importante violence exercée avec un couteau par la prévenue, qui s’en est pris à celui qui partage sa vie. "Un grand mépris montré à l’égard de l’intégrité physique d’autrui", souligne le jugement en précisant aussi le contexte alcoolisé des faits.

La prévenue écope d’un an de prison avec sursis total et, pour ne pas laisser un sentiment d’impunité, une amende de 1 600 euros avec un sursis pour la moitié de cette somme.