Les coups ont été très violents, le prévenu se plaçant à califourchon sur la victime pour la rouer de coups de poing, occasionnant notamment une fracture du nez et plusieurs blessures au visage. D'autres détenus ont dû s'interposer pour faire cesser cette pluie de coups, et la scène a été filmée par les caméras de surveillance de la prison.

Lors de sa comparution devant le tribunal correctionnel, Hamad K. s'est énervé, s'indignant qu'on l'ait laissé attendre son tour durant près de deux heures dans le cachot du palais de justice. Originaire d'Irak où son père occupait de hautes fonctions, l'homme a précisé à la présidente du tribunal qu'il se retrouvait à présent dans un pays de répression totale, qu'il regrettait d'être venu en Belgique et qu'il aurait dû aller en France ou en Allemagne. "La victime, elle, regrette sans doute d'avoir été détenue dans la même prison que vous", a répliqué la présidente à cet homme dont le ministère public a précisé qu'il avait déjà été condamné à seize reprises.

Le prévenu a justifié sa réaction parce que l'autre protagoniste avait insulté sa mère. Et lorsque l'avocat de la partie civile a exposé le dommage subi par son client lors de l'agression, il n'avait pas pu se taire. "Je l'ai tué ou quoi ?", s'était-il écrié depuis le banc des prévenus.