Le 27 juin 2017 vers 16 h, alors qu’il y avait encore pas mal de monde dans les rues de Louvain-la-Neuve qui s’apprêtait à vivre une soirée marquée par le Bal des busés, plusieurs coups de feu ont été tirés sur un parking. Une personne a été atteinte au mollet et la voiture à bord de laquelle était arrivé le blessé a vu son pare-brise arrière défoncé à coups de crosse.

Les témoins ont expliqué que plusieurs personnes s’en étaient prises aux deux occupants d’un petit véhicule placé discrètement au fond du parking, près d’une haie. Les agresseurs, après avoir mis en fuite les occupants de cette voiture, se sont emparés de grands sacs qui se trouvaient dans le coffre. Une fois ce vol opéré, trois suspects ont embarqué dans une Mercedes qui a quitté les lieux… et a été interceptée quelques minutes plus tard par la police.

Qui n’y a retrouvé que deux personnes : la troisième avait disparu, et il n’y avait plus de trace des sacs. On sait depuis que ce troisième larron était Liam C., un habitant de Ramillies déjà plusieurs fois condamné. C’est lui qui a fait feu et donc blessé par balles l’une des deux victimes.

Des victimes venues d’Anvers, pour des raisons assez obscures, et disent s’être retrouvées un peu par hasard sur ce parking de Louvain-la-Neuve. Idem pour Liam C., Guy V. (Wavre), Veap S. (Molenbeek) et Omar E. (Watermael). D’accord, l’un avait une arme de poing, un autre un pied-de- biche, et le troisième un spray au poivre. Mais d’après leur version, rien de violent n’était prévu, et certains affirment même ne pas se connaître.

Lorsque les enquêteurs ont voulu savoir ce qui se trouvait dans les sacs volés, certains ont affirmé n’avoir pas vu de sac. Un autre a affirmé qu’il s’agissait de rideaux, et les victimes affirment que l’on a juste volé un ordinateur.

Le ministère public, lui, parle d’un vol avec violence commis par les prévenus contre deux livreurs de stupéfiants venus d’Anvers. Ce qu’aucun des protagonistes n’a intérêt à confirmer…

Des peines de six ans, quatre ans et deux fois trois ans d’emprisonnement ont été requises. Jugement le 18 octobre.