Un taux de cellules vides à 18,8 %, une efficience commerciale à 59,6 % (contre 94,7 % à Louvain-la-Neuve, par exemple)… Il est vrai que les chiffres ne vont pas dans le sens de Nivelles. Cependant, il est important de regarder au-delà : " Les centres-villes comme Nivelles ont beaucoup d’atouts, il suffit juste de prendre le temps d’appliquer les moyens à disposition, mais je suis assez confiant quant à sa remontée ", rassure Jean-Luc Calonger.

De nombreux projets se mettent en place pour redynamiser le centre-ville : "En plus du soutien de la Région via Créashop, on forme les commerçants pour redynamiser l’accueil, et on met en place des activités, dans la mesure du possible avec le Covid", explique Emmanuelle Decot, coordinatrice pour l’association des commerçants de Nivelles. Celle-ci souligne également la méconnaissance des riverains à l’égard des commerces présents en centre-ville.

L’échevin du Commerce, Benoît Giroul, insiste sur le fait que depuis la fin du confinement, sept nouveaux commerces se sont implantés dans le centre-ville : "C’est sûr, la situation n’est pas la meilleure. Mais cela permet de voir qu’il y a un attrait pour le centre-ville."

Et s’il est vrai que le Shopping de Nivelles ne fait pas l’unanimité auprès des commerçants du centre-ville, Emmanuelle Decot et Jean-Luc Calonger ont, eux, une bonne image du centre commercial : "Le shopping étant proche, c’est vrai que cela peut faire peur mais les gestionnaires, qui sont jeunes et dynamiques, ne demandent qu’à créer des synergies entre le shopping et le centre-ville", assure Jean-Luc Calonger.