La plateforme contre le contournement nord de Wavre a envoyé huit lettres aux ministres wallons.

Dimanche dernier, ils étaient environ 1 200 à envahir la vallée de la Dyle pour rappeler leur opposition au projet de contournement nord de Wavre. Outre la chaîne humaine organisée le long du tracé de la route, les manifestants étaient invités à signer une lettre ouverte à l’attention des ministres du gouvernement wallon. Le courrier a récolté au total 832 signatures et a été glissé dans la boîte aux lettres de la poste de Wavre ce vendredi matin.

En substance, cette lettre reprend les principaux arguments à l’encontre du projet dont le permis d’urbanisme a été confirmé fin septembre par le ministre de l’Aménagement du territoire Willy Borsus, suite au recours de la commune de Grez-Doiceau. "Cette route défigurerait pour toujours la vallée de la Dyle, détruisant un magnifique paysage protégé par le plan de secteur, dernier poumon vert au nord de Wavre, ainsi que des centaines d’hectares de bonnes terres agricoles et de nature, tout en coupant un chemin de grande randonnée", peut-on y lire.

Au lendemain de cette chaîne humaine, le gouvernement wallon annonçait l’abandon du projet de contournement à Perwez. Ça devrait être une bonne nouvelle pour les opposants à celui de Wavre, mais ceux-ci sont mitigés. "Du point de vue objectif, ça devrait être un très bon signal s’ils ont pris cette décision pour des raisons budgétaires et par souci de supprimer des terres agricoles. Car on a la même problématique à Wavre, de façon exacerbée puisqu’on a des impacts environnementaux beaucoup plus importants qu’à Perwez, explique Julien Taymans, président de Natagora Brabant wallon. Mais à côté de cela, on a la crainte que ce soit un donnant-donnant politique. La différence, c’est qu’à Perwez, il y a une convergence entre les autorités communales et régionales qui étaient contre le projet. Mais pas à Wavre..."