Cela fait plusieurs années que la question de la sécurité à améliorer au Waux-Hall, la grande salle de spectacle du centre de Nivelles, est évoquée lors des conseils communaux. Aujourd’hui, une partie du bâtiment appartient à la Ville puisqu’il abrite les locaux du centre culturel et de la bibliothèque locale, mais aussi à la Fédération Wallonie-Bruxelles dont dépend la bibliothèque centrale.

La majorité MR-Ecolo a changé de stratégie en début de législature, estimant qu’il était préférable d’avoir la maitrise complète sur le bâtiment pour entamer une rénovation d’ampleur. Un montant de 600.000 euros a d’ailleurs été prévu, dans le budget 2021 de la Ville, pour acheter la partie de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le député MR Olivier Maroy vient d’interroger sur ce sujet la ministre de la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard, ayant eu vent d’une estimation effectuée par le Comité d’acquisition. "On pourrait entamer les négociations sur cette base, pour sortir au plus vite d’une situation qui ne convient à personne", a indiqué le député, cherchant à savoir si la Fédération Wallonie-Bruxelles voulait toujours céder ses parts du Waux-Hall à la Ville.

La ministre Linard, dans sa réponse, a confirmé la situation actuelle de co-propriété. Pour en sortir, il faudra d’abord que la bibliothèque centrale trouve une autre localisation, et il serait souhaitable que la salle d’exposition reste disponible pour certaines activités. Mais la ministre s’est dit « ouverte » à la vente des parts de la Fédération Wallonie-Bruxelles. C’est ce qui avait été dit en octobre 2019 lors d’une réunion avec la Ville, qui devait solliciter le comité d’acquisition pour une évaluation.

"Je n’ai pas encore le résultat, ni une offre chiffrée", a affirmé Bénédicte Linard. Le député Maroy, lui, a indiqué avoir l’évaluation sous les yeux au moment de poser sa question, invitant dès lors la ministre à retourner vers son administration puisque le courrier date du 16 décembre…

"Il faut sortir rapidement de la situation actuelle, qui est dangereuse", a conclut le député, souhaitant que l’évaluation serve de base à de prochaines négociations.