OTTIGNIES

La Boisette fera l’objet d’un RUE au lieu d’un PCA

URBANISME Lors du dernier conseil communal, l’échevin de l’Urbanisme, Cédric du Monceau, a proposé de remplacer le projet de Plan communal d’aménagement de la Boisette par un RUE (Rapport urbanistique environnemental), un nouvel outil créé par la région.

Ce qui implique une modification du périmètre vers la Croix Thomas. “La clinique nous a informés qu’elle avait racheté une partie du terrain, entre l’avenue et le cimetière, afin d’y résoudre ses problèmes de parking. Comme on est sûr que des bâtiments ne seront pas construits à cet endroit, le périmètre a été diminué”, fait remarquer l’échevin. “Quant au RUE, c’est une bonne chose puisqu’il permet de maîtriser le développement immobilier.”

La Société wallonne du logement qui est propriétaire d’une partie du terrain souhaite en effet y construire 300 logements moyens. “Quand nous aurons les résultats du RUE, nous aurons un débat concernant le nombre de logements envisagés”, a fait remarquer Jacques Otlet.

Dès aujourd’hui, nous avons beaucoup de doutes sur la possibilité de développer 300 logements sur ce site, vu le voisinage et les infrastructures qui s’y grefferont.”

De quoi faire réagir Cédric du Monceau : “Si je vous rejoins sur la conclusion, je m’étonne que le président d’une société de logements s’offusque, avant même d’avoir vu le projet, alors qu’il est lui-même demandeur d’un projet à haute densité à un autre endroit de la commune” (NdlR : l’avenue des Vallées, à côté de la Chapelle aux Sabots).

Ce que le collège propose, c’est une étude, avant l’octroi d’un permis.” Et Jacques Otlet de préciser qu’il est administrateur privé de l’IPB et qu’au conseil communal, ce sont ses 3.800 électeurs qu’il représente.

Jean-Luc Roland a conclu que le dossier était intéressant, car il répondait aux attentes de la ville : “De plus, le lotissement le plus ancien permettra d’atteindre la rue du Puits et l’égouttage y deviendra possible. Il existe donc plusieurs raisons de se réjouir de ce projet.”

Reste la question de la mobilité. “Il y aura un débat difficile et complexe, note le maïeur. Le RUE va être l’occasion d’une étude d’incidences qui permettra d’objectiver la question de la mobilité.”



© La Dernière Heure 2009