Le 15 juillet dernier, la Dyle envahissait le centre-ville de Wavre ainsi que le centre sportif et une partie de Limal. L’eau a pénétré partout : dans les écoles, les commerces, les habitations, mais a également submergé les terrains et les salles du centre sportif. L’eau a atteint un mètre sur tous les terrains et une vingtaine de centimètres dans les bureaux et les salles, provoquant d’importants dégâts. "Nous avons essayé de colmater les brèches en mettant des sacs devant l’entrée du centre sportif, se souvient Luc Gillard, l’échevin des Sports. Ça a tenu jusqu’à minuit à peu près mais la nuit, ça a été plus compliqué et on a eu jusqu’à 30 centimètres d’eau."

Une catastrophe pour le centre sportif qui a été contraint de mettre ses activités entre parenthèses pendant de nombreuses semaines. Mais bonne nouvelle : cette mauvaise passe est désormais un mauvais souvenir. En effet, ce samedi soir, à l’occasion du premier match de championnat de l’équipe de basket de Wavre, l’échevin des Sports a "inauguré" le nouveau parquet digne des plus grands clubs. "C’est un revêtement d’excellente qualité, commente-t-il. En fait, c’est un parquet qui était destiné aux Jeux olympiques de Tokyo mais une firme belge l’a racheté et nous avons aussi pu le récupérer. C’est le même parquet qui a été utilisé pour le basket et le volley à Tokyo."

Un gage de qualité qui fait du revêtement wavrien l’un des meilleurs du pays. "C’est très souple. Même avec mes genoux endoloris, je sens la différence", sourit Luc Gillard qui précise le prix des travaux : 150 000 euros.

Mais la salle de sport n’est pas la seule à avoir été touchée par les pluies diluviennes de cet été. "Nous avons dû nettoyer le terrain de hockey qui, contrairement à ce que l’on peut penser, n’est pas comme du béton en dessous. Il y a 70 % d’absorption. Le terrain de football a aussi dû être nettoyé et nous avons fait venir une machine de France pour s’en occuper. Il faut encore réinjecter du liège et du sable. Enfin, on pensait pouvoir retendre le petit terrain de foot mais il va falloir le changer. Au vu du peu de temps qui nous a été attribué, les travaux ont avancé très vite et je tiens à remercier toutes les équipes qui ont rendu cela possible", conclut Luc Gillard.