Comme tous les ans, la Ville d'Ottignies-Louvain-la-Neuve s'est lancée dans l'"Été solidaire", une initiative de la Région wallonne pour permettre aux jeunes de vivre une première expérience de travail. Ceux-ci sont engagés par l’AMO la Chaloupe, le CPAS, Notre Maison, la Ferme équestre, l’Amarrage, Horizons 9 ou le CSLI pendant les grandes vacances, afin de les aider et gagner un peu d'argent.

C'est donc 24 jeunes âgés entre 15 et 21 ans qui ont postulé cette année pour participer à l'opération. Parmi eux, Katerine et Nassim, deux jeunes Ottintois de 15 et 16 ans, ont travaillé au profit de l’asbl Amarrage, qui s’occupe des jeunes confiés à une autorité administrative.

Alors que Nassim a travaillé à la rénovation du bâtiment de l’Amarrage, Katerine a construit, avec l’aide d’un éducateur, un poulailler : « On s’est d’abord occupé de la clôture du poulailler, donc il a fallu creuser des trous et planter des piquets, raconte-t-elle. Ensuite, on a acheté le poulailler qu’on a surélevé grâce à des blocs de béton et des palettes, avec un grillage en-dessous pour protéger les poules. »

L’idée d’installer un poulailler vient de la volonté de récupérer les déchets ménagers émis par la cafétéria pour ne pas encombrer les sacs poubelle : « C’est l’ASBL ABC Tremplin, partenaire d’Amarrage pour l’insertion professionnelle, qui gère la cafétéria du centre sportif depuis le mois de juin, explique Thierry Verdeyen, directeur d’Amarrage. Avec ce poulailler, on joint l’utile à l’agréable car les œufs pourront également servir dans les préparations. »

Si l’opération est un succès confirmé par les partenaires de la Ville, le Covid n’a pas simplifié les choses. Katerine n’avait pas prévu de se retrouver au Centre sportif : « À la base, j’avais demandé pour travailler avec des personnes âgées, mais ça ne m’a pas dérangée de construire ce poulailler. »

Une explication donnée par l’échevin des sports et de la jeunesse, Benoît Jacob : « Normalement, on reçoit tous les jeunes candidats avec les responsables de notre service de Cohésion et Prévention sociales et on essaye de les orienter en fonction de leurs souhaits. Cette année, avec le Covid, ça n’a pas été possible, mais d'après les échos, tout s'est super bien passé. »