Une interpellation citoyenne pour critiquer le réseau de chaleur envisagé par le collège.

Candidat non élu sur la liste Ecolo, Daniel Detienne est intervenu lors du dernier conseil communal en tant que citoyen. Il n’apprécie guère l’idée de créer un réseau de chaleur pour desservir les bâtiments de l’Espace 2000, évoquée par la majorité MR-CDH. Il l’avait déjà fait savoir lors d’une séance précédente et est revenu à la charge sur le même sujet.

Pour lui, ces bâtiments conçus dans les années 1960 sont vieillots, ils donnent une image peu flatteuse, et créer un coûteux réseau de chaleur sur le site est une idée "ridicule". Il suggère plutôt une réaffectation complète des bâtiments, avec démolition si nécessaire.

"La construction d’un réseau de chaleur et le remplacement des chaudières à gaz par une unité centrale à biomasse sont en projet, et coûteront au moins 600 000 euros d’après les estimations budgétaires, a-t-il affirmé. J’interpelle le collège communal quant à l’utilité réelle d’investir encore et toujours des sommes importantes pour maintenir de vieux bâtiments publics qui n’offrent plus guère d’intérêts économiques, écologiques ou humains."

Le bourgmestre Gérard Couronné a précisé que ce réseau de chaleur était une idée, mais qu’aucune décision n’avait encore été prise, et aucun crédit voté.

Vincent Girboux, l’échevin en charge de l’Énergie a enchaîné en précisant que la Ville avait signé une convention avec Rénowatt, organisme qui réalise des audits énergétiques et propose aux communes des solutions réalistes en optimisant l’investissement. Il a également précisé qu’une rénovation progressive est subsidiée, au contraire d’une reconstruction.

Le PST prévoit d’amener les bâtiments à une norme énergétique exigeante.