La Région wallonne a octroyé le permis à Orange pour installer un pylône de 36 mètres de haut à Limelette.

C’est l’émoi dans ce quartier de Limelette. Les riverains ont appris que la Région wallonne avait octroyé le permis d’urbanisme pour installer un pylône antenne-relais GSM de l’opérateur Orange près de la crèche "Les Tournesols" et de l’école maternelle et primaire de Jassans à Limelette. Et ce, malgré l’avis défavorable du collège communal d’Ottignies et presque 40 réclamations de riverains auprès de l’administration wallonne.

Un coup dur pour ces riverains inquiets des répercussions de ce pylône GSM à la fois sur la santé, notamment sur celle des enfants, "plus vulnérables aux radiations", estiment-ils, due à la très courte distance entre le pylône et la crèche et l’école maternelle et primaire de Jassans. Ils déplorent également l’impact paysager de cette antenne d’une hauteur de 36 mètres.

Cela fait maintenant trois ans que les habitants du quartier se mobilisent contre le projet porté par Orange et son partenaire Ericsson. Ce dernier avait déjà présenté en 2016 un projet de pylône (de 25 mètres de haut à l’époque), qui avait rencontré un avis défavorable du collège ottintois et avait été contesté par de nombreux riverains. Il avait été refusé par la Région wallonne.

En 2018, Ericsson présentait un second projet avec un léger éloignement du lieu d’implantation du pylône compensé par une hauteur de 36 mètres. Nouvelle contestation des riverains et nouvel avis défavorable du collège. La société avait essuyé un nouveau refus par le ministre de l’Environnement Carlo di Antonio.

"Là où ça devient surréaliste, c’est qu’en 2019 Ericsson présente un 3e projet, sans une seule modification par rapport au 2e, argumentant qu’il a fait une étude approfondie d’alternatives possibles et qu’il n’en a pas trouvées, expose Juan Mellado, un riverain en colère. La fonctionnaire déléguée, contre l’avis défavorable de la commune et des citoyens et surtout, contre son propre avis défavorable de 2018, puisque le projet résulterait en le même pylône, à la même localisation, hauteur et rayonnement, octroie le permis d’urbanisme !"

La Ville a introduit un recours auprès de la Région wallonne. Elle est soutenue par une pétition signée de 160 citoyens.