Brabant wallon L’élan de solidarité s’amplifie au lendemain de l’incendie tragique d’une ferme à Limal.

Le ciel était encore ouaté ce lundi, presque brumeux comme un matin d’automne. Mais avec l’odeur de brûlé qui l’accompagnait, nul doute que cette vague blanche qui planait sur Wavre provenait de l’incendie de la ferme Van de Ginste, survenu la veille (lire ci-contre) où 60 animaux d’Eric, Christine et leur maman Agnès ont péri.

Dans la foulée, un impressionnant élan de générosité s’est petit à petit tissé sur les réseaux sociaux et dans la région, sous la houlette de Philippe Schyns . "Je fais partie de la communauté équestre, nous raconte-t-il. Eric fournissait beaucoup de foin aux fermes équestres de la région. Dans notre milieu, il est très connu et très apprécié."

Touché par cet incendie et les dégâts occasionnés, Philippe a décidé dès dimanche soir de rouvrir un compte en banque pour récolter des dons et faire appel à la générosité des Brabançons via les réseaux sociaux. "J’avais un petit compte chez ING qui dormait. J’ai décidé de l’ouvrir à nouveau. Depuis un appel lancé sur Facebook, j’ai déjà récolté 200 euros de dons. Certains donnent 20 euros, d’autres de plus petits montants comme 2 ou 5 euros. Je pense que cela va encore gonfler dans les jours qui viennent", poursuit-il.

Membre de la communauté de spectacles pour chevaux, Philippe compte organiser prochainement un spectacle équestre avec d’autres cavaliers, dont les recettes seraient reversées à Eric et sa famille. "Il y a plusieurs années, nous avions organisé un spectacle équestre à la ferme de la petite Bilande, pas loin du zoning nord de Wavre. L’idée est de faire la même chose avec un maximum d’artistes et de cavaliers. Nous sommes en train de définir une date et de peaufiner le programme de cet événement."

Par ailleurs, Philippe a reçu plusieurs appels pour des dons de meubles ou tout simplement donner un coup de main. "Je pense qu’on ne manquera pas de gros bras pour aider Eric !", poursuit-il en souriant.

Reste un détail à régler : trouver une étable pour héberger 60 vaches restées en prairie lors de l’incendie.