Au début de cette semaine, le peintre autodidacte Jacques Michaux avait remis un tableau peint à l’acrylique aux responsables du service Espaces verts de la Ville. Il s’agissait de saluer le travail quotidien des jardiniers pour l’embellissement de la cité des Aclots. Mais le Nivellois, lors du premier confinement, remerciait aussi tous les soirs le personnel de l’hôpital, dont il est un des voisins. C’est lui qui jouait du tambour de Gilles dans le quartier.

Et il a conçu un autre tableau, comprenant pas mal de symboles, pour que le dévouement du personnel soignant et la reconnaissance de la population se traduisent aussi dans une œuvre. Cette toile a été offerte jeudi aux responsables de l’hôpital, qui ont manifestement beaucoup apprécié le geste. "C’est un message qui fera chaud au cœur des équipes", a garanti Gatien Braeckman, le directeur exécutif des hôpitaux de Nivelles et Tubize.

C’est que si on a beaucoup applaudi les soignants lors du premier confinement, à Nivelles, la deuxième vague a été encore plus difficile à maîtriser et le personnel est sur les genoux. Pas seulement aux soins intensifs et aux urgences : même les unités non Covid ont trinqué il y a quelques semaines. La situation est à présent tout à fait gérable et le nombre de patients atteints du coronavirus est devenu assez faible. Mais tout le monde croise les doigts pour que n’arrive pas la troisième vague que certains annoncent…