RIXENSART

661 plants de solaris ont été plantés par une quarantaine d’habitants

VIGNOBLE À genoux sur le sol et les mains dans la terre, une quarantaine d’habitants de l’avenue des Combattants et des alentours ont retroussé leurs manches au Beau Site de Genval, dimanche.

Le site accueillait en effet la plantation du vignoble du quartier, soit 661 plants de Solaris, un cépage blanc, allemand. Et tous ont trouvé place, en un peu plus d’une heure.

Ce projet lancé par le comité de quartier a séduit de nombreux habitants, de par son aspect convivial. “Il y a 1,50 m entre chaque rang, de quoi permettre le passage du cheval et… de discuter”, sourit Nicolas Vuille, l’un des porteurs du projet qui a déjà vu 495 pieds de vignes parrainés.

“Nous en avons parrainé cinq, soit un pour chaque membre de la famille” , indique Sarah, qui habite juste en face du futur vignoble et était présente avec son mari et ses filles, Louise, Manon et Marie. “C’est une belle initiative qui amène encore plus de vie dans le quartier et qui nous permet de nous retrouver entre voisins. Et si nous ne savions pas comment planter les vignes, nous avons reçu des explications. Il n’y avait plus qu’à encadrer les enfants pour les plantations et l’arrosage.”

Une étape que Louise a appréciée, même si cela nécessitait de faire la file. C’est que là aussi, les conversations s’engageaient.

Sans compter qu’il y avait du spectacle, puisque Sabine était au travail (Lire ci-contre) entre les plants et que quelques chevaliers de la confrérie du Tastevin de Rosière, en uniformes, sont passés saluer les habitants présents.

Dont Michèle, qui habite à côté du vignoble : “Ce terrain était en friche depuis plusieurs années… et voilà qu’il accueille un projet de quartier. C’est une très belle idée dont j’apprécie le côté convivial et les méthodes de culture, respectueuses de l’environnement”.

À noter que le projet est aussi porté par la bibliothèque, qui a centralisé les livres portant sur la culture de la vigne et qui accueillera un pied de vigne, tout comme le centre culturel. Reste que pour les vendanges, il faudra encore attendre cinq ans.



© La Dernière Heure 2011