Le 17 février 2020, une policière souffrant d’une blessure au poignet suite à un accident de travail avait un rendez-vous avec un expert judiciaire à Rixensart, pour évaluer l’étendue de ce problème médical. Elle n’y est pas venue seule: elle était accompagnée de son petit ami de l’époque, et d’un copain de celui-ci, qui les avait tous deux convoyés depuis une commune de l’est du Brabant wallon.

Ludwig, le petit ami en question, est entré plusieurs fois dans la maison de l’expert. D’abord parce qu’il devait aller aux toilettes, ensuite pour s’enquérir du temps que pourrait encore durer l’expertise médicale. Un comportement peu habituel et en soirée, l’expert judiciaire a découvert que quelqu’un s’était introduit dans la partie privée du bâtiment, emportant des montres, des boutons de manchette, près de 2500 euros ainsi qu’un fusil.

La policière a été entendue et elle a reconnu que Ludwig, qui est plus que bien connu des autorités judiciaires et a de multiples antécédents, était avec elle. Elle a affirmé qu’elle ne savait pas ce qui s’était passé pendant qu’elle était en tête à tête avec le médecin.

Manifestement, ce n’était pas tout à fait vrai. Celui qui les a convoyés, lui, a expliqué que le jeune homme avait fait plusieurs aller-retour entre la maison et son véhicule, qu’il avait mis le fusil à l’arrière et qu’en voyant cela, la policière a exigé qu’il s’en débarrasse. Ils sont ensuite allés tous ensemble le mettre à l’abri, du côté de Glimes, dans une voiture non immatriculée.

Réentendue, la policière a affirmé craindre de se retrouver « entre quatre planches », si elle parlait. Et Ludwig a juré n’avoir rien à se reprocher…

Poursuivi pour ce cambriolage devant le tribunal correctionnel, il n’est pas venu se défendre. Le jugement estime que ses dénégations ne sont pas crédible, et lui inflige par défaut une peine de 18 mois d’emprisonnement ferme.