Une quinzaine de voitures sont partie du siège d’ASD pour se rendre à l’hôtel de ville

Depuis des mois, les blouses blanches protestent le mardi au travers d’actions tournantes contre le blocage des discussions sur les soins de santé et la dégradation continue de leurs conditions de travail. Cela concerne aussi bien le personnel des hôpitaux que celui des maisons de repos ou encore les infirmières qui travaillent à domicile.

Les fédérations d’employeurs, d’après les syndicats, commencent enfin à vouloir réellement négocier mais pas sur l’ensemble des conventions d’exécution de l’accord social.

« Ils veulent seulement avancer sur des conventions pour lesquelles ils peuvent, de leur côté, engranger une plus grande flexibilité, indique la CNE. Dans ces conditions, le front commun a dû se résoudre à déposer un préavis de grèves et d’actions à durée indéterminée, visant non seulement la situation dans les commission paritaire, mais aussi la nécessité de rendre les professions de la santé à nouveau attractive (charge de travail, horaires, salaires…). »

Ce mardi, c’était au tour du Brabant wallon d’accueillir les actions des « mardis des blouses blanches », avec un focus sur les soins à domicile. Le secteur estime en effet que le financement actuel ne tient pas compte de la réalité de terrain et crée un manque de moyens criants. Concrètement, pour l’INAMI, une infirmière qui se rend à domicile et est chargée de faire une injection en intraveineuse à un patient doit s’acquitter de cette tâche en… une minute trente !


Les conditions de travail se dégradent, la flexibilité des horaires est maximale, la charge de travail augmente, d’autant que les patients doivent sortir plus vite des hôpitaux. Et les problèmes liés aux déplacements, pas plus que le temps passé en tâches administratives, ne sont pris en compte.

Mardi en fin de matinée, une quinzaine de voitures sont parties du siège d’Aide et soins à domicile (ASD) dans le zoning Nord, pour se rendre à l’hôtel de ville et être reçue par le collège échevinal. Les participants ont mené à cette occasion une action escargot dans le centre-ville pour attirer l’attention du public.

Ils ont également rendu un mémorandum au bourgmestre Pierre Huart et à la présidente du CPAS, Colette Delmotte. Le document sera transmis par la Ville au prochain ministre fédéral en charge de la matière.