Celle que l’on appelle aujourd’hui "l’affaire Picalausa" à Tubize, du nom de l’échevin démissionnaire qui n’a pas payé son précompte immobilier pendant une quinzaine d’années, continue de faire du bruit dans la cité du Betchard.

Lors du dernier conseil communal, si le maïeur a confirmé et maintenu sa version comme quoi aucun élément ne lui permettait de savoir que son ancien échevin ne payait pas son précompte immobilier, du côté de l’opposition, on a misé sur une approche proactive. C’est dans cette optique que Jean-Marc Zocastello, conseiller communal RC, a proposé l’adoption d’une charte éthique pour tous les conseillers communaux. "Je voulais proposer quelque chose de constructif. Cette affaire a touché beaucoup de gens qui se posent encore des questions aujourd’hui. Il faut regagner la confiance des Tubiziens en leur montrant que tout le monde n’est pas comme ça."

Son idée donc : établir une charte éthique et de confiance qui stipule notamment que les mandataires communaux doivent, dans l’exercice de leur mandat, faire prévaloir l’intérêt public à l’exclusion de toute considération d’intérêt personnel, qu’ils doivent veiller à ce que tout recrutement, nomination ou promotion s’effectue sur base du mérite et des compétences des candidats ou encore qu’ils n’acceptent pas d’offres, de cadeaux ou d’avantages pour eux-mêmes ou pour autrui en contrepartie de l’accomplissement ou de l’abstention de l’accomplissement d’un acte de leur fonction. "J’ai fouillé dans d’autres communes pour voir ce qui se faisait et j’ai adapté cette charte à Tubize."

Adhérer dès maintenant

Une proposition qui a été bien accueillie par les édiles. "Toute personne sensée ne pouvait aller contre cela, sourit Jean-Marc Zocastello. Je suis très content qu’elle ait été acceptée." Même si bien évidemment, cette charte n’empêchera pas une nouvelle affaire Picalausa d’éclater au grand jour, elle permettra de planter un cadre légal. "L’idée est qu’en prêtant serment, on adhère également à cette charte à partir de maintenant et jusqu’à la fin de cette législature", conclut le conseiller communal RC.