La grange de la ferme d’Hubermont pourrait être réaffectée en salle de réception.

Depuis le début de l’année 2020, le pourtant si calme village de Maransart s’agite. En cause, un projet de changement d’affectation de la grange de la ferme d’Hubermont. La SPRL Shania entend exploiter la grange en tant que salle de réception : séminaires, évènements culturels, associatifs, corporate, des conférences mais également des mariages. Pour une capacité d’accueil maximale de 330 personnes (ou 220 assises).

Ce qui inquiète beaucoup les riverains. Des mails et même un toutes-boîtes ont ainsi été distribués dans tout le village. Avec pour titre, un assez alarmiste : "Menace sur Maransart, pour la préservation de la quiétude de notre village". Parmi les principales inquiétudes, l’arrivée et le passage de nombreux véhicules supplémentaires figurait en bonne position. "Le projet représente 660 véhicules hebdomadaires (2 fois 330). Les rues Fossant, Vallée à la Dame, de la Claudine, Chemin d’Hubermont et rue du Bois Impérial, ne sont pas dimensionnées pour un tel trafic. Et cela se répercutera sur les autres rues du village."

Un avis partagé par la quasi-totalité des riverains croisés. Précisons toutefois qu’il serait surprenant de constater que les 660 personnes hebdomadaires signifient également 660 véhicules.

En seconde position, les craintes quant aux nuisances sonores. "Avec ces nuisances sonores, finies les soirées au calme dans son jardin et les nuits paisibles au printemps ou en été, craignent les riverains. La musique, les basses en bruit de fond, les discussions, cris, etc. Le tout renforcé par la position surélevée (et centrale) de la ferme par rapport au village finira par impacter tout Maransart."

Directement lié au point précédent, l’impact du projet mettrait à mal l’intérêt paysager de la ferme. "C’est une zone agricole d’intérêt paysager, où est l’intérêt paysager dans une salle de fêtes ? s’étonnent des riverains. Au contraire, ça gâchera la vue et c’est très dommage pour notre village."

Pointons encore, selon les riverains, l’existence d’une réserve naturelle située à proximité de la ferme. Avec les nombreuses réceptions qu’il va engendrer, ce projet pourrait nuire à cette réserve. Il en va de même pour les animaux et notamment les chevaux (il y a notamment un haras à proximité de la ferme). Précisons que la commune ne recense pas l’existence d’une telle zone protégée autour du site.

L’enquête publique ouverte pour ce projet - et commencée le 2 janvier - prendra fin le 16 janvier prochain (un jeudi). Les réclamations et/ou observations sont à envoyer à la commune jusqu’au 17 janvier à 12 h.

"Je ne comprends pas cette levée de boucliers"

Les inquiétudes, je les comprends, explique Alain De Braekeleer. C’est dans la nature humaine de craindre les changements. Mais je ne m’attendais pas à une telle levée de boucliers, ni qu’on présente le projet comme un scénario catastrophe."

Il se dit surpris par certaines craintes. Notamment par rapport aux nuisances sonores. "Des événements ont déjà été organisés ici. Des concerts de rock, le Festival Musical de Lasne, la dernière cérémonie des Formidables Lasnois ou même une journée vélo qui avait rassemblé plus de 1 000 participants. Bilan : je n’ai jamais eu la moindre plainte."

Sa salle, il la veut d’ailleurs la moins bruyante possible. "Tout est fait pour limiter le bruit. Les murs de la grange sont très épais, il y a du double vitrage, de l’isolation, un limiteur de décibels, etc. Et puis, il faut comprendre que le bruit a tendance à monter et non l’inverse. Si la ferme était dans une cuvette et non dans une position dominante, je comprendrais leurs inquiétudes."

Quant aux craintes "paysagères", là encore il s’étonne. "La majorité des riverains m’a toujours félicité pour la remise en état de la ferme (qui était littéralement en ruines). Certains allant jusqu’à couper leurs arbres pour avoir une vue sur le domaine. Même les parkings sont entourés de haies naturelles persistantes pour les camoufler."

Même son de cloche par rapport aux inquiétudes pour la réserve naturelle. "Les gens confondent réserve naturelle et zone de captage d’eau. La ferme est située près d’une zone de captage dans la nappe phréatique. C’est pour ça que j’assortis la réaffectation de la grange d’une mise en place d’une station d’épuration individuelle."

Enfin, quant aux accès à la ferme, Alain De Braekeleer tient à faire le point. "La seule voirie par laquelle les voitures arriveront, c’est la rue d’Hubermont. Il est vrai qu’elle n’est pas très large, même si des camions de livraison l’empruntent régulièrement. Elle a par contre l’avantage de fournir une grande visibilité et de permettre les croisements, moyennant des règles de courtoisie en voiture. Les autres rues citées ne sont par contre déjà pas adaptées en temps normal à la circulation."