Le directeur du site déplore l’immobilisme d’Indigo, le gestionnaire du parking.

Décidément, les parkings à Wavre n’auront pas fini de faire parler d’eux. Lorsque ce n’est pas en centre-ville, où ils coûtent un peu plus cher depuis leur mise en concession au mois de juin, c’est depuis peu à La Sucrerie que le stationnement fait polémique.

Samedi, à la sortie de chacune des deux représentations des Déménageurs et leur spectacle "Patamodd" dans le nouvel espace d’événements, les spectateurs ont eu la désagréable surprise de devoir faire la file pendant plusieurs dizaines de minutes pour pouvoir payer leur ticket de parking. Depuis début décembre, le parking de l’Ermitage, et ses 245 emplacements également gérés par Indigo, juste à côté de La Sucrerie, est en effet payant.

C’est qu’une des deux bornes de paiement est tombée en panne il y a quelques jours. Avec le système de paiement particulièrement lent des bornes, il n’en a pas fallu davantage pour que les files s’allongent et que certains visiteurs attendent pendant… 55 minutes ! Des photos et des plaintes ont rapidement fusé sur les réseaux sociaux.

Le directeur du hall culturel ne cache pas son ras-le-bol face à la gestion d’Indigo et à son absence totale de réactivité. "On n’a pas de mainmise sur ce parking mais on a mis des collaborations en place pour faire comprendre au gestionnaire le fonctionnement de ce lieu d’événements, explique Patrick de Longrée. Ce n’est pas comme un centre commercial, où les gens arrivent et partent de manière étalée. Ici, les visiteurs arrivent et partent tous en même temps. On a fait valoir ces spécificités et on a demandé plus d’entrées, plus de sorties, plus de caisses, une meilleure signalisation et sécurisation du public avec un auvent. Mais Indigo fait la sourde oreille, il n’y a aucune réactivité."

Si la problématique du parking n’est pas réglée rapidement, Patrick de Longrée craint qu’elle ne porte préjudice à la fréquentation de La Sucrerie. "En tant qu’exploitant, je suis très fâché de cette situation. Le spectateur a une réaction cohérente et compréhensible, il faut qu’on parvienne à changer les choses. Il faut également des systèmes de paiement beaucoup plus rapides et le système de reconnaissance de plaques ne fonctionne toujours pas. Je pense que le visiteur ne viendra plus si ça continue. Ça va nous causer un vrai préjudice."