« Mon minerval, pas dans Total ! » ont scandé les étudiants.

Plus d’une centaine d’étudiants ont participé jeudi à une manifestation sur la place de l’Université, à Louvain-la-Neuve. Une mobilisation pour réclamer que les investissements financiers de l’UCLouvain ne soient plus placés dans les énergies fossiles.

« Mon minerval, pas dans Total », ont notamment clamé les protestataires. Qui ont également allumé des fumigènes noirs autour de la place et se sont symboliquement couchés par terre au milieu des fumées.

© Fifi

L’action était organisée par l’Assemblée générale des étudiants de Louvain (AGL), qui a notamment rappelé que l’Université avait pris certains engagements il y a deux ans pour des placements plus durables.

« Depuis, nous n’avons plus de nouvelles. Rien n’a été fait, ou en tout cas, ça ne va pas assez vite, indiquait sur place Orane Caryn, vice-présidente de l’AGL en charge de la transition écologique. On nous a dit que ce serait progressif mais il y a encore de l’argent de l’UCLouvain chez Total. Les énergies fossiles sont une des causes du réchauffement climatique, il n’est pas normal que notre université investisse dans ce domaine ! »

Du côté de l’Université, on nuance tout en convenant que les préoccupations des étudiants sont tout à fait légitime. Mais depuis 2017, tous les nouveaux placements financiers de l’UCLouvain sont faits dans des fonds socialement et environnementalement responsables.

« Je précise que nous n’avons aucune prise d’actions directe dans des entreprises: ce sont des investissements par le biais de Sicav. Et nous avons réalisé un cadastre, fonds par fonds: on estime qu’il nous reste 2% des placements en rapport avec les énergies fossiles, indique Marthe Nyssens, pro-rectrice Transition et Société de l’UCLouvain, en charge des questions de développement durable. Mais c’est 2% de trop et notre objectif est la transformation de notre portefeuille à l’horizon 2022. »

L’UCLouvain, constatant que la récente norme bancaire sur les placements durables n’est pas assez exigeante par rapport aux critères déjà fixés en interne, a lancé un appel d’offres spécifiques vers plusieurs acteurs du secteur.