Brabant wallon Le travail de la confrérie de Villers-la-Vigne primé lors d’un concours en Allemagne.

La cuvée 2018 du Regent rosé de Villers-la-Vigne, produit par la confrérie du vignoble de l’abbaye de Villers, est manifestement un bon cru. Il vient de décrocher une médaille d’argent lors d’un concours organisé par un institut spécialisé - celui qui a créé le cépage - en Allemagne.

Ce n’est pas une première : le Regent rouge villersois avait obtenu une médaille d’argent en 2010, ainsi qu’une médaille de bronze en 2014. Pas mal du tout lorsqu’on sait que pas mal de vignerons professionnels allemands et d’autres pays européens participaient à ce concours, et que les confrères sont des bénévoles.

Mais c’est aussi une des forces du vignoble villersois : une approche bio est menée dans les vignes, où les bénévoles travaillent très régulièrement. Et le jour des vendanges, le raisin récolté est trié sur des tables, grappe par grappe, pour éliminer tous les grains qui ne conviennent pas, avant d’être emmené au chai où commence le travail de vinification.

"Pour l’équipe de vinification, cette bonne nouvelle est la preuve qu’une transmission de connaissance maîtrisée et planifiée sur plusieurs années est gage de continuité, de stabilité et de qualité, se réjouit le président de la confrérie, Christophe Waterkeyn. Sans oublier que cette médaille est aussi une vraie reconnaissance internationale pour le vin belge."

Et pour ceux qui voudraient goûter à ce fameux rosé, il faudra s’impliquer un peu plus que simplement acheter une bouteille. Si le marc est en vente à la boutique de l’abbaye, le vin issu de la vigne replantée sur les hauteurs du site n’est pas à vendre. Il est dégusté par les membres qui travaillent durant l’année sur la parcelle, et est proposé aux participants lors des visites guidées payantes du vignoble. On peut aussi le goûter lors de certaines manifestations publiques à l’abbaye auxquelles les confrères participent activement.