Brabant wallon Un projet de convention a été évoqué entre la commune et Natagora

Lors du dernier conseil communal, un point à l’ordre du jour avait trait à la création d’une nouvelle réserve naturelle au cœur même de Lasne. "L’idée est bien de créer une réserve naturelle dans la carrière d’Hannotelet, explique Laurence Rotthier, la bourgmestre. Il existe un projet de bail emphytéotique (30 ans) entre la commune et Natagora."

Concrètement, la commune resterait propriétaire du terrain de 66 ares alors que Natagora s’occuperait de sa gestion. Il faut dire que l’endroit mérite d’être préservé et que plusieurs enjeux importants en découlent. À commencer par la préservation et la restauration du site qui, il faut le rappeler, était il y a quelques années menacé par l’éventuelle arrivée d’un parc à conteneurs. Grâce à ce projet, il est à présent certain et acquis que les déchets ne s’y entasseront jamais.

Dans un premier temps, la phase de restauration du site comprendra un déboisement partiel et un débroussaillage des versants sableux en vue d’y reconstituer une végétation typique des sables dénudés et ensoleillés. Ensuite, la falaise sera rafraîchie et le plan d’eau sera remis en état. "Si cette réserve naturelle ne sera pas accessible au public en tout temps, le but est aussi d’y amener les écoliers afin qu’ils découvrent de nouvelles choses, continue la bourgmestre de Lasne. Ensuite, on peut aussi imaginer l’ouvrir de manière occasionnelle aux citoyens lors de divers événements."

Il faut dire que l’endroit regorge d’une faune et d’une flore qui valent le détour, à l’image de la cotonnière naine et de la Jasione des Montagnes sans oublier les nombreux insectes qui y vivent. Au niveau de l’entretien, qui sera donc effectué par Natagora, un débroussaillage manuel périodique (tous les ans, tous les trois mois, cela reste à définir) sera effectué sans oublier la surveillance du cerisier tardif et éventuellement un projet de pâturage extensif qui pourrait venir renforcer l’offre sur le site. "On voulait absolument avoir une réserve naturelle sur Lasne, mais le faire seul, c’était impossible", conclut Laurence Rotthier.