La nouvelle majorité a présenté sa déclaration de politique générale.

" Ce n’est pas un catalogue de bonnes intentions, mais bien ce que nous comptons réaliser dans les six prochaines années. C’est un projet ambitieux que nous assumons totalement ! ", a annoncé d’emblée mercredi la bourgmestre Françoise Pigeolet lors de la déclaration de politique générale de la nouvelle majorité wavrienne.

La bourgmestre a passé en revue les nombreux objectifs pour cette législature 2018-2024, qui tiennent dans un document… de 30 pages. Parmi les objectifs que l’exécutif se fixe, il y en a un qui devrait intéresser beaucoup de Wavriens - et leurs voisins - c’est la construction d’une piscine sur le territoire de la commune.

Un projet qui faisait déjà partie des promesses électorales de 2012 mais qui a finalement été postposé en cours de mandature. Les élus communaux avaient en effet préféré se concentrer sur la création du Hall culturel polyvalent dit "La Sucrerie" (dont l’ouverture est par ailleurs prévue cette année), au détriment du projet de la piscine.

Mais cette fois , la majorité s’y engage : " La piscine sera prête pour cette mandature, a affirmé la première échevine Anne Masson. Mais il faut déplacer l’arsenal de l’ancienne piscine et cela va prendre du temps. " Avant de plancher sur le dossier, la majorité veut d’abord construire un nouveau dépôt communal et déménager le service Travaux (dans un endroit encore tenu secret).

Comme déjà annoncé, la piscine wavrienne sera implantée sur le site de l’ancien skatepark et se partagera en deux zones : d’une part, une zone éducative et sportive de 1 900 m² avec deux bassins ; et d’autre part, une zone plus ludique avec une autre piscine davantage axée sur les jeux dans un espace de près de 1 400 m².

Ce mercredi, les autorités communales ont annoncé un investissement total de 11 millions d’euros, avec un subside de la Province du Brabant wallon. Celle-ci interviendrait à hauteur de quatre millions dans ce projet qu’on espérait plus.

Un bowling et un cinéma en vue

La nouvelle majorité veut faire de Wavre une ville plus attractive… en soirée. Il faut bien le dire, les activités manquent une fois 18h passées. " Mais on sent que ça bouge, il y a par exemple une salle de billard qui a ouvert à Limal ", concède l’échevin Luc Gilard.

Si le hall culturel polyvalent devrait ramener du monde en soirée, les autorités misent aussi sur la venue d’investisseurs privés dans le secteur du loisir et du divertissement. Ils pensent par exemple à un bowling et ne désespèrent pas de voir un jour un cinéma revenir dans la cité du Maca. " Il y aura une salle de projection dans le hall culturel, cela nous servira de test pour évaluer l’intérêt de la population pour un cinéma à Wavre. Si c’est concluant, on essaiera de faire revenir un cinéma ici ces six prochaines années. On veut amener une vie nocturne et cesser d’être le parent pauvre d’une ville à quelques kilomètres d’ici ", a plaidé la première échevine Anne Masson.

Les élus souhaitent aussi pousser les commerçants à ouvrir plus tard en soirée et certains dimanches. L’idée avait déjà été évoquée sous la précédente législature, mais sans succès. Le nouvel échevin du Commerce, Moon Nassiri, devra donc se montrer convaincant.

Les impôts augmenteront

Voilà une nouvelle qui devrait quelque peu plomber l’euphorie provoquée par l’annonce de la construction d’une piscine d’ici quelques années. Dans sa déclaration de politique générale, la bourgmestre et ses échevins ont annoncé une augmentation de la fiscalité à la suite des nombreux investissements prévus au cours de cette mandature. Pas de chiffres, pas de date, mais une certitude : il faudra augmenter l’impôt dans la cité du Maca "pour faire face à ces enjeux", a précisé Françoise Pigeolet. "La discussion en interne n’a pas encore eu lieu, mais nous sommes d’accord sur l’augmentation."

C’est que les investissements annoncés sont nombreux pour cette législature : le financement de la piscine, du hall culturel polyvalent, la mise en œuvre du plan communal de mobilité, la dépollution du site de Basse-Wavre, le financement de la zone de secours… "Chaque année, nous présentons un budget en équilibre tout en maintenant un rythme d’investissements soutenu, qui étaient de plus de 27 millions d’euros en 2018."

Et à la bourgmestre de rappeler que "la fiscalité de notre ville se situe parmi les plus basses de Wallonie, voire de Belgique. Les taux des centimes additionnels à l’impôt des personnes physiques et au précompte immobilier sont largement inférieurs à ceux pratiqués ailleurs."

En 2018, la taxe communale était de 6 % à Wavre, contre une moyenne wallonne de 7,83 %. En Brabant wallon, seules les communes de Waterloo (5,7 %), Lasne (5,8 %) et Braine-l’Alleud (5,9 %) la devançaient l’an dernier.