Plus de nouvelle pour un chaînon manquant du parcours Ravel au pont de Baulers.

La semaine dernière, le collège communal aclot a donné son feu vert à Tuc Rail pour modifier un permis déjà obtenu, et ainsi avancer dans la mise à quatre voies de la ligne de chemin de fer entre Nivelles et Lillois. Un petit coup de pouce pour faire avancer le projet RER, qui est très attendu en terre aclote comme ailleurs.

Par contre, l’échevin des Travaux et du Développement durable, Pascal Rigot, attend Tuc Rail sur un autre dossier, où il n’est plus question de train mais de liaison en mobilité douce. Il s’agit de l’aménagement du parcours Ravel du côté du Pont de la rue des Déportés. Pour l’instant, l’endroit constitue une sorte de chaînon manquant. Une fois le problème réglé, on pourrait alors rester sur le Ravel depuis Court-Saint-Étienne jusqu’à Seneffe.

L’aménagement d’une piste cyclable sur le pont du chemin de fer, au-dessus de la rue des Déportés donc, permettrait aux cyclistes de rejoindre la gare de Nivelles de manière directe mais rien n’avance alors que l’idée est dans l’air depuis des années.

De toute manière, la Ville privilégie une autre piste, plus sécurisante pour les usagers : que la liaison se fasse via le terrain acquis par le promoteur qui développe le futur quartier du Val de Thines, avec un parcours le long de la rivière qui, en plus d’être plus éloigné du passage des trains, serait sans doute plus agréable.

"Malheureusement, Tuc Rail a toujours refusé cette hypothèse, arguant du coût supplémentaire sans faire d’études comparatives entre la réfection du pont et le tracé le long des voies de chemin de fer, indique Pascal Rigot. Je demande que les responsables revoient rapidement leur position. Des contacts ont été pris ces dernières années mais n’ont pas été concrétisés de manière satisfaisante. J’estime que ces travaux sont d’utilité publique."