Chaque année, la Ville de Genappe organise une Semaine de l’environnement en choisissant un thème mobilisateur. Lors des éditions précédentes, l’eau avait servi de fil rouge, ou encore le "zéro déchet". Pour cette onzième Semaine de l’environnement qui débute ce lundi, les responsables ont choisi de mieux faire connaître la petite faune.

Après une conférence sur les oiseaux des jardins ce lundi soir à 20 h à l’hôtel de ville, une animation sera mise en place pour les enfants de 8 à 12 ans au parc de la Dyle, mercredi à 14 h. Pilotée par le CRIE de Villers-la-Ville, l’activité permettra, par le jeu, de découvrir la microfaune.

Mercredi à 20 h, à l’Espace 2000, une conférence sera consacrée à l’influence de l’éclairage public sur la biodiversité. Jeudi, même lieu même heure, un guide nature évoquera en s’appuyant sur des vidéos les petits mammifères et d’autres animaux qu’on peut croiser au hasard des promenades.

Et dimanche, à 9 h et 14 h, une balade intitulée "Genappe et ses merveilles" sera organisée par l’ASBL Défi-Nature. En compagnie d’un guide, les participants apprendront à mieux observer la faune, à découvrir les traces de passage d’animaux, à repérer les éléments qui rendent un endroit intéressant pour la biodiversité. Les activités sont gratuites mais la réservation (environnement@genappe.be) est obligatoire.

La Ville n’a pas attendu cette semaine pour réaliser des investissements favorisant la biodiversité. Ainsi, des gîtes pour les chauves-souris ont été installés dans quatre cimetières et dans plusieurs autres endroits, dont le porche de la Cour Thomas. " Quand on doit réaliser une rénovation de bâtiment, de toiture par exemple, et qu’il nous semble que cela pourrait être intéressant pour accueillir certains animaux, nous demandons à un représentant de Natagora de nous faire des recommandations, confirme l’échevin Benoit Huts . Et quand c’est possible, nous respectons ce qui est recommandé. Natagora assure souvent un suivi pour la suite, pour voir si les gîtes sont occupés, pour les nettoyer quand il le faut "

Les sept gîtes pour chauve-souris aménagés sur le territoire communal ont coûté un peu plus de 3 000 euros. On peut y ajouter quatre gîtes pour les chouettes effraies, pour 2 500 euros, six hôtels à insectes notamment dans les cimetières (1 800 euros), plusieurs nichoirs ainsi qu’un gîte pour hérissons réalisé à l’occasion d’une animation pour les enfants et installé au cimetière de Loupoigne.

V. F.