La Maison familiale, installée à Braine-l’Alleud, propose divers services pour les jeunes qui souffrent de troubles du comportement. Un centre de jour est ouvert à la rue du Soleil Levant et accueille sept enfants, les professionnels assurent également un accompagnement extérieur et surtout, l’institution propose un accueil résidentiel pour 36 jeunes.

C’est au sein de ce service résidentiel qu’il y a quelques années, un éducateur a entendu un pensionnaire expliquer qu’il aimerait faire pousser des plantes. Plus encore que les semis, c’est l’idée qui a germé de belle manière. Il y avait un peu d’espace dans l’enceinte de l’institution et un potager a été aménagé, dans un premier temps délimité avec des planches de palettes.

Le nom « ferme des palettes » est resté en clin d’oeil, mais le projet a pris de l’ampleur. C’est que pour la direction et le personnel de la Maison familiale, cultiver un potager en compagnie des jeunes constitue un réel outil. Il permet de recentrer les enfants sur l’essentiel en travaillant la terre, de mieux appréhender la notion du temps, de cultiver la patience, d’apprendre concrètement le respect de la nature, des animaux…

Mais pour aller plus loin, il fallait plus de moyen et un appel a été lancé au club Rotary Braine-l’Alleud 1815. Où les membres se sont enthousiasmés pour le projet, au point de se mobiliser pour récolter les fonds nécessaires mais aussi d’impliquer d’autres clubs via ce que les rotariens appellent un « District Grant ». Les clubs amis de Genval, Braine-le-Château, Louvain-la-Neuve, Villers-la-Ville et Rhode-Saint-Genèse ont embrayé.

Et le projet a séduit à un échelon supérieur puisque le Rotary Belux a également apporté des fonds. De quoi arriver à 15.000 euros, et entamer des travaux d’ampleur pour la ferme des palettes.

Après une étude, il a été décidé de construire sur place une serre en verre Securit - pour la sécurité de résidents - sur une dalle de béton. C’était au printemps 2020 et elle a permis de récolter déjà pas mal de légumes, ainsi que de superbes tomates. Les parterres du potager ont été réorganisé pour permettre le travail des résidents en petits groupes, et un chalet flambant neuf vient d’être ajouté, avec le projet à terme de gérer sur place un poulailler. Dans un deuxième temps, ce potager pourrait aussi devenir un lieu pour développer les interactions entre l’institution et les habitants du quartier.

V. F.