Giuseppe, en aveu, avait fait une quarantaine de victimes en un peu plus d’un mois

L’été dernier, une épidémie de vols dans les habitations avait frappé Ittre et avait irrité, au point que certains citoyens en colère avaient envisagé, sur les réseaux sociaux en tout cas, des moyens pas très légaux pour y mettre fin plus rapidement que la police locale…

Il est vrai qu’en un peu plus d’un mois, de la mi-juillet à la fin du mois d’août, une quarantaine d’habitants du village ont subi ces cambriolages. Giuseppe L., un Tubizien né en 1983, a fini par se faire prendre par les enquêteurs. Et il se retrouvait sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel du Brabant wallon, vendredi.

Il a avoué être entré dans certaines maisons, et a affirmé que pour d’autres faits, il faisait simplement le guet pendant que deux de ses amis fouillaient les habitations. Mais en réalité, il n’y a que son implication qui est prouvée et il se retrouvait seul devant le tribunal.

En sachant comment ça fonctionne : il a déjà écopé de peines de six mois en 2005, trois ans avec sursis en 2008, trente mois de prison ferme en 2014, vingt mois de plus la même année, neuf mois supplémentaires en 2015…

Bref, pour le ministère public, il s’agit d’un délinquant qui ne comprend pas qu’il est temps d’arrêter, et il faut maintenant penser en priorité à protéger la société. Une peine de quatre ans de prison ferme a dès lors été requise contre lui. " Le ministère public tape toujours plus fort en pensant que ça finira par rentrer : quel drôle de raisonnement ", a plaidé l’avocat de la défense en sollicitant des conditions probatoires. Jugement le 16 février.