La femme d'affaires lasnoise avait escroqué des particuliers pour plus de 7 millions d'euros. Luigi Pieroni et Mbo Mpenza faisaient partie de ses victimes

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné, ce lundi matin, la femme d'affaires Véronique Van Acker à quatre ans de prison dont deux ferme dans le cadre du dossier Capitalium.  Elle écope également d'une amende ferme de 500.000 euros.

Véronique Van Acker, ancienne femme d’affaires flamboyante et prévenue principale du dossier se disant aujourd’hui sans le sou, avait réussi à l’époque à duper quelques noms connus comme les ex-footballeurs professionnels Luigi Pieroni et Mbo Mpenza. En aveux, elle endossait le rôle de chef d’orchestre de ces escroqueries commises via les sociétés de son groupe, Capitalium.

Au total, la femme d'affaires était parvenue à détourner 7,2 millions d'euros entre 2002 et 2010 au préjudice de particuliers, dont les joueurs de football professionnels Luigi Pieroni et Mbo Mpenza

Lors de son audition, Véronique Van Acker a affirmé qu'elle n'avait jamais caché d'argent, et précisé qu'elle n'avait plus rien. Apparemment, sur 7,2 millions d'euros, 185.000 euros seulement ont été placés dans des produits financiers, et 440.000 euros ont servi au remboursement de certains clients qui réclamaient des intérêts.

L'argent englouti pour faire fonctionner les sociétés du groupe Capitalium est évalué à 2,6 millions d'euros. L'expert a déterminé que Véronique Van Acker avait utilisé personnellement 840.000 euros, des retraits en cash ont été opérés pour plus de 930.000 euros et des chèques ont été émis pour 340.000 euros. Mais un montant d'un peu plus d'un million d'euros, qui est arrivé à un moment sur le compte des sociétés impliquées dans l'escroquerie, a disparu sans laisser la moindre trace.

Il y a quelques semaines, Véronique Van Acker a été expulsée de son logement de Waterloo pour lequel elle était en défaut de paiement de loyer depuis plusieurs mois.