Au dernier conseil provincial, Luc D’Hondt (Défi) a interpellé le collège MR-PS à propos de l’ASBL Waterloo 1815. Le conseiller a rappelé la récente démission d’un conseiller communal lasnois, qui avait mis en cause la gestion administrative de l’association. Les statuts ne sont plus à jour, il n’y a plus de dépôt des données financières de l’ASBL au tribunal de l’entreprise depuis 2018, et l’assemblée générale annuelle n’est plus organisée.

Luc D’Hondt s’est étonné du manque de réaction au sein de l’ASBL face à ces manquements signalés. Il voulait savoir si la Province envisageait d’agir, le conseiller amarante estimant que l’association dépend, ou en tout cas est proche, du service provincial en charge du tourisme.

Une proximité démentie d’emblée par le président du collège provincial, Tanguy Stuckens (MR), dans la réponse qu’il a apportée. L’ASBL Waterloo 1815 a une personnalité morale propre et la Province du Brabant wallon est membre de cette association, au même titre que la Région wallonne et les quatre communes (Waterloo, Braine-l’Alleud, Lasne et Genappe) du champ de bataille.

L’ASBL est "en veille" depuis 2018 : lors d’une assemblée générale organisée en mars cette année-là, il avait été convenu que la question de l’avenir de l’association serait abordée avec le nouveau conseil d’administration, après les élections de 2018. La structure a été maintenue avec l’objectif, a précisé Tanguy Stuckens, de préparer un événement commémoratif en 2020.

"Les nouveaux représentants des communes et de la Province ont été désignés au printemps 2019 mais n’ont pas été directement installés, a précisé le président du collège provincial. Pour mémoire, l’ASBL ne dispose plus de personnel et on doit également déplorer le décès de son comptable. Prévue en 2020, la remise en service de l’association a été interrompue par la crise sanitaire. La reconstitution prévue en juin 2020 a d’ailleurs été annulée. Cependant, au printemps 2021, j’ai repris contact avec la présidente de l’association pour envisager la remise en activité de l’association pour des raisons évidentes de gouvernance et de continuité de cette ASBL, et notamment dans l’optique de la reconstitution postposée à 2022."

L’administration provinciale peut donc apporter une aide pour relancer l’ASBL et des contacts ont été renoués avec les communes membres qui doivent désigner de nouveaux représentants à la suite de démissions. Quand ces nouveaux membres seront nommés, une assemblée générale pourra être convoquée afin notamment d’installer un conseil d’administration. Un projet de modification des statuts est déjà à l’étude.

"Avec ce coup de pouce, nous espérons que l’association pourra reprendre ses activités au printemps 2022, a conclu Stuckens. Et ainsi participer à l’organisation de la reconstitution de 2022, événement attendu pour promouvoir le champ de bataille déserté depuis près de deux ans par la clientèle internationale et pour relancer sa fréquentation auprès d’un public de proximité."

Vincent Fifi