Jeudi et vendredi, les Villersois ont pu visionner en ligne une vidéo présentant un projet de parc éolien que la société namuroise New Wind voudrait concrétiser entre Marbisoux et Sombreffe. Cette vidéo tenait lieu, en ces temps de pandémie, de réunion d’information préalable et fait courir un délai de quinze jours pour envoyer les remarques, observations et suggestion d’alternatives que prendra en compte le bureau chargé de réaliser l’étude d’incidences. Cette dernière durera environ un an, et sera annexée à la future demande de permis.

Le dossier évoque un parc de huit éoliennes dont trois seront sur le territoire de Villers-la-Ville. De quoi susciter déjà pas mal de réactions dans la population, sachant qu’il y a déjà un parc éolien à proximité immédiate, sur la plaine de Chassart.

Mais le vent de Marbisoux n’intéresse pas que New Wind. Comme c’est déjà le cas sur la commune voisine de Genappe, il semble que le potentiel éolien de l’endroit ait tapé dans l’œil de plusieurs promoteurs, et ceux-ci n’entendent pas se faire des politesses : une société anversoise, baptisée Storm, vient de faire savoir aux autorités locales qu’elle comptait bien démarrer elle aussi une procédure pour demander un permis afin d’implanter des éoliennes à peu près au même endroit.

Il semble que ce soit cette fois sept machines qui sont envisagées, toutes sur le territoire de Villers.

Nous n’avons pas de position de principe sur l’éolien, nous tiendrons compte des remarques des habitants, confirme le bourgmestre Emmanuel Burton. Pour nous, le critère d’une possible participation citoyenne ne change rien : ce n’est pas cela qui modifie l’impact sur l’environnement et le paysage.