Déjà connu des juridictions de la jeunesse pour des problèmes de violence, Nour n’a manifestement pas compris le message de la justice. Cité devant le tribunal correctionnel à présent qu’il est majeur, il n’a pas fait le déplacement à Nivelles alors qu’il est poursuivi pour plusieurs scènes de coups envers sa jeune compagne, pour vol et pour le port d’un pistolet d’alarme.

En couple depuis juillet 2018 avec une Rebecquoise, il l’a frappée à de nombreuses reprises. Les enquêteurs disposent même d’une vidéo qu’il a filmée lui-même, où on le voit gifler particulièrement violemment la victime qui est assise sur le rebord d’une baignoire.

" C’est une relation particulièrement toxique, émaillée de coups, de violence, d’humiliation au gré des envies et des énervements du prévenu, grand consommateur de cannabis, a résumé le ministère public à l’audience. Elle est sa victime préférée, il se défoule sur elle et quand la police l’interpelle, il estime que tout est de la faute de cette jeune fille. "

Dans ses déclarations, l’intéressé a d’ailleurs assuré que c’était la victime qui s’auto-mutilait. Si les policiers ont remarqué des marques sur les bras de sa compagne, c’est donc parce qu’il tentait de l’aider en la calmant…

"La remise en question est inexistante", a soupiré la substitute en réclamant 15 mois de prison pour les coups, 6 pour vol et quatre pour détention d’arme.

Jugement le 20 octobre.