Vingt-quatre emplois sur 37 sont menacés chez le producteur de catalyseurs, lithium et brome, Albemarle Europe, situé à Louvain-la-Neuve. La société a annoncé vendredi son intention de procéder à une réorganisation de ses activités. Cette décision s'inscrit dans un processus global de rationalisation entrepris au niveau du groupe avant la crise du Covid-19. Elle consiste à ramener certains services directement auprès des sites de production eux-mêmes, ce qui n'est pas le cas de l'implantation belge.

"(...) la présence de notre site situé à Louvain-la-Neuve n'apparaît pas rationnelle d'un point de vue économique", souligne Isabelle Miesing, Vice-President Global Human Resources, et responsable du site.

L'intention actuelle d'Albemarle Europe est de conserver 13 emplois en Belgique, de proposer une relocalisation à l'étranger à sept travailleurs, qui, s'ils refusaient, seraient licenciés, et de mettre un terme au contrat de 17 travailleurs.

Une procédure "loi Renault" a été enclenchée à l'occasion d'une réunion extraordinaire avec l'ensemble des travailleurs, précise encore la société.

Membre du groupe américain Albemarle, Albemarle Europe fournit principalement des services de support aux activités de production et de vente du groupe. Il n'y a pas d'activité de production sur le site.