Le nombre de vols à main armée explose en Brabant wallon

WAVRE Depuis quelques mois, il ne se passe plus une semaine sans qu’un braquage soit commis dans un petit commerce en Brabant wallon. Samedi, un vidéoclub de la chaussée de Charleroi, à Perwez, a ainsi été braqué vers 1 h 40. Deux individus cagoulés et armés ont fait irruption dans le commerce pour faire main basse sur la caisse.

Si, la plupart du temps, propriétaires et clients s’en sortent indemnes sur le plan physique (des traumatismes psychologiques sont souvent rapportés), il arrive que certains hold-up tournent au drame.

On se rappellera ainsi du braquage d’une bijouterie du centre de Nivelles, en juin 2009. Le couple de gérants avait été blessé par balle : la femme au bas-ventre, et le gérant, qui avait aussi reçu des coups au visage, avait été touché au pied.

Résultat : le sentiment d’insécurité des commerçants grimpe en flèche (lire ci-dessous). Et les derniers chiffres dans le domaine risquent de ne pas les rassurer. Le nombre de vols à main armée a en effet connu une nette hausse, passant de 1.047 faits en 2007 à 1.401 en 2009. Soit une augmentation vertigineuse de près de 34 % en à peine trois ans.

Un groupe de travail a été mis sur place à la demande du procureur du Roi de Nivelles à la fin 2009 pour plancher sur le phénomène. Et celui-ci a constaté un glissement vers les cibles les plus vulnérables. Plutôt que d’attaquer des banques ou casinos ultra-sécurisés, les malfrats s’en prennent désormais aux particuliers et petits commerces qui n’ont, dans bien des cas, pas les moyens de se sécuriser.

En 2009, les braquages dans les épiceries, librairies, vidéothèques et autres petits commerces ont ainsi grimpé en flèche pour atteindre 99 faits en 2009 en Brabant wallon contre 45 en 2005 !

L’est de la province est relativement épargné par cette recrudescence de vols violents alors que l’augmentation est considérée comme sérieuse dans le Centre et l’Ouest. “C’est dû à la proximité des grosses agglomérations que sont Bruxelles et Charleroi” , confie Jean-Luc Noël, directeur judiciaire de l’arrondissement de Nivelles. “Le Brabant wallon est aussi prisé car beaucoup de responsables de banques et de bijouteries y habitent.”

Quant aux enseignes, les Aldi, Proxy Delhaize et Carrefour market sont privilégiés. D’une part, car les sommes récoltées peuvent y être importantes. D’autre part, car il s’agit souvent de gérants indépendants. “Ceux-ci ont souvent moins d’argent pour équiper leurs commerces de systèmes de sécurités performants.”

Face à ce constat, les autorités judiciaires en appellent aux autorités communales, qu’ils estiment les plus à même de sensibiliser les commerçants à la problématique. Certaines communes, comme celle de Lasne, ont mis sur pied des réseaux d’informations de quartier (RIQ) où les commerçants sont impliqués. Tandis qu’à Braine-l’Alleud, particuliers et commerçants victimes de cambriolages sont systématiquement contactés pour leur présenter les moyens de se prémunir face à ce genre de faits.



© La Dernière Heure 2010