Brabant wallon Mercredi, riverains et promoteur ont pu exposer leurs points de vue sur l’extension du parc éolien actuel

Une septantaine d’habitants de Walhain et d’Ernage (Gembloux) se sont réunis, mercredi soir, dans la salle de l’école d’Ernage pour écouter le promoteur, la société Alternative Green, présenter son nouveau projet éolien lors d’une réunion d’information au public préalable à l’étude d’incidence.

Le parc existant compterait en effet sept éoliennes de plus : trois sur le territoire de Walhain, quatre sur la commune de Gembloux. "Nous envisageons d’étendre le parc éolien vers l’est, vers le village de Sart-Lez-Walhain", a précisé Luc van Marcke, administrateur chez Alternative Green.

La hauteur des mâts des éoliennes ne devrait pas dépasser les 122 mètres, comme celle de leurs petites sœurs bientôt en ordre de marche, le long de la E411.

Selon le décret wallon, inchangé pour l’instant, la distance entre les zones habitables et la première éolienne du parc ne peut pas être inférieure à quatre fois la hauteur de l’édifice, soit 500 mètres.

Les arguments d’Alternative Green n’ont toutefois pas semblé convaincre les personnes présentes. "Nous sommes ici une septantaine pour subir votre choix, vos éoliennes, votre projet", a ainsi lancé un riverain. "Vous nous l’imposez alors que vous êtes inconscients des inconvénients visuels et sonores que cela procure."

Ce à quoi le promoteur répondra : "Je suis là pour vous proposer un projet, pas pour vous l’imposer."

Un autre riverain a enchaîné sur la biodiversité. "Que faites-vous pour la faune et la flore lorsque vous construisez vos éoliennes ?" Réponse du promoteur : "La législation est très stricte : lorsque vous implantez des éoliennes, vous êtes obligés de respecter un cahier des charges pour préserver les biotopes, les animaux ou les oiseaux par exemple. C’est la loi, ce n’est pas de mon ressort."

Selon certains, des enfants feraient "des cauchemars la nuit depuis que la première phase du projet a débuté".

D’autres par contre se sont montrés inquiets sur la possible dévaluation du prix de leur maison suite à l’implantation du nouveau parc éolien.

Toutes ces remarques ont été soigneusement répertoriées avant d’être transmises aux auteurs de l’étude d’incidence. Notons que les éoliennes en cours de construction seront opérationnelles en septembre et non en juin, comme initialement prévu.