Brabant wallon L’échevin des Sports est accusé de favoriser certains clubs pour l’accès aux salles de sport tubiziennes.

Lors du dernier conseil communal, qui s’est tenu lundi soir, Benoît Langendries est intervenu pour ce qu’il apparente à du favoritisme en matière d’attribution des heures pour les clubs sportifs. "J’ai pu constater que Belgium Specific, dont le siège social est situé à Waterloo et dont le parrain est Walter Baseggio, avait planifié des stages du 1er juillet au 23 août et que sur la publicité en question on retrouvait le logo de la Ville de Tubize. Sauf erreur de ma part, je ne trouve pas de trace dans un P.-V. du collège mentionnant l’autorisation d’associer le logo de la Ville à cet événement porté par Belgium Specific."

Pour le maïeur, pas besoin de crier au scandale. "Ce n’est pas la Ville qui a pris cette décision mais bien l’échevin dans le cadre de son échevinat. Je ne vois pas où est le problème dans le sens où cela n’a aucune incidence financière, ni sur le fonctionnement de la Ville."

Mais, au-delà d’associer son image à un événement, Benoît Langendries déplore le nombre d’heures qui ont été accordées à Belgium Specific au détriment d’autres clubs sportifs de la région. "J’ai reçu plusieurs mails de clubs sportifs qui se plaignent de cette situation" , continue le conseiller communal RC. " Ils expliquent qu’ils avaient trouvé un équilibre dans l’occupation des salles sportives de Tubize et que l’arrivée de Belgium Specific, qui n’est pas basé à Waterloo, chamboule tout. Ils ont pu passer devant d’autres clubs grâce à Monsieur Baseggio, qui est donc le parrain et l’échevin des Sports."

De son côté, Walter Baseggio se défend de ces allégations. "En ce qui concerne mon image, j’ai fait la même chose avec la Palette d’acier, donc je ne vois pas où est le problème. Et, concernant les heures de salles, tous les clubs sont logés à la même enseigne. Il n’y a aucun favoritisme et j’essaye de travailler avant tout pour le bien des Tubiziens et des clubs locaux" , conclut-il.