"On ne va pas se laisser faire" : Raoul Hedebouw réagit à la motion de Braine-l'Alleud

Une motion votée fin juin par une très large majorité des conseillers brainois, sur proposition de DéFI, n’est pas du goût du président du PTB.

Vincent Fifi
"On ne va pas se laisser faire" : Raoul Hedebouw réagit à la motion de Braine-l'Alleud
©Belga

Nous avons déjà évoqué la motion soumise par Christian Ferdinand (DéFI) lors du dernier conseil communal brainois . Il s’agissait, pour faire bref, d’exprimer le refus des partis démocratiques de faire le jeu des idéologies extrêmes. Le texte, dans ses considérants, évoque un cordon sanitaire politique mais aussi médiatique – pour les élus, s’engager à ne pas débattre publiquement avec les partis visés – à l’égard des formations politiques de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche.

Ce qui avait provoqué le débat. Pas chez tout le monde: côté IB, qui représente la section locale des Engagés, on n’a pas remis le contenu du texte en cause et le vote a été positif sans la moindre discussion.

Chez PluS, au PS donc, Gloria Soton avait annoncé qu’elle allait soutenir la motion de DéFI. "La commune a un rôle à jouer dans le maintien du cordon sanitaire et pour le PTB, le programme est en désaccord avec nos idéaux: d’accord pour écarter l’extrême-droite et l’extrême-gauche" , avait commenté la jeune conseillère socialiste.

Côté Écolo, c’était plus nuancé: les Verts n’étaient pas d’accord de mettre sur le même pied les idées racistes et excluantes qui font le fonds de commerce de l’extrême-droite, et celles du PTB. Christian Ferdinand en avait convenu mais il avait expliqué que pour lui, l’idéologie communiste est contraire à la forme de démocratie que soutiennent les partis traditionnels.

En ajoutant aussi que les idées du PTB, à ses yeux, sont aux antipodes des principes du développement durable, et conduiraient la Belgique à se désengager de l’Union européenne et de l’OTAN. Le conseiller amarante avait cependant, face aux arguments d’Écolo, suggéré lui-même d’amender son texte. Pour dire qu’avec l’extrême-droite, les signataires de la motion ne débattent en aucun cas tandis qu’avec l’extrême-gauche, on peut débattre mais pas agir en commun. Donc pas s’allier.

La motion avait finalement été votée par pratiquement tous les conseillers, sauf trois élus verts – Corentin Roulin et Godelieve Boulert ont adopté le texte – qui avaient choisi l’abstention.

"C’est très grave d’un point de vue démocratique"

Et sur les réseaux sociaux où le PTB est très actif, le président du parti, Raoul Hedebouw, s'en est pris vertement à la motion brainoise, qu'il qualifie d'"incroyable" , annonçant une réaction prochaine.

"C'est très grave d'un point de vue démocratique, c'est vraiment une volonté d'exclure et de faire taire l'opposition de gauche authentique que nous représentons, écrit Raoul Hedebouw. En mettant l'extrême-droite raciste sur le même pied que la gauche, c'est aussi une minimisation totale de l'extrême-droite. On ne peut pas laisser passer cela. On ne va pas se laisser faire. J'attends des réactions des élus socialistes et écologiques. N'hésitez pas à les interpeller."

Précision: le PTB n’a actuellement pas d’élus sur le plan local à Braine, mais ne fait pas mystère de son ambition de présenter une liste aux élections de 2024.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be