La revitalisation de la place Capouillet, à Waterloo, ne fait pas l’unanimité : "aucune demande des riverains n’est prise en compte"

Une pétition circule actuellement auprès des habitants du quartier du Chenois à Waterloo. Cette dernière revendique qu’il n’y a pas eu de sondage citoyen de la part de la commune afin de définir leurs réels besoins.

Simon Chérot
La revitalisation de la place Capouillet, à Waterloo, ne fait pas l’unanimité : "aucune demande des riverains n’est prise en compte"
©S.C.

"Oui ! À un réaménagement concerté avec les riverains Non ! Au projet inadapté et unilatéral de la commune". Tel est le slogan qui précède la pétition. Bernard Lemercier, fils d'une riveraine de la place est l'un des initiateurs de ladite pétition : "Le problème, c'est que ce projet nous a été imposé et que nous avons l'impression qu'aucune demande de la part des riverains n'est prise en compte."

Ce projet existe depuis un certain temps et est le fruit d'un partenariat entre la commune et la région wallonne. "Lorsqu'un projet privé est accepté et mis en place, la commune peut demander à la Région wallonne une subvention à la hauteur du montant du projet en cours. Dans ce cas-ci, le projet immobilier Îlot Capouillet vaut 1,2 million d'euros. Nous avons donc obtenu un subside du montant équivalent de la part de la Région pour la revalorisation de l'entièreté de la place, qui en avait bien besoin", explique la bourgmestre de Waterloo Florence Reuter (MR).

Les riverains sont d'accord sur le principe. Ils considèrent pourtant que la façon dont le plan a été dessiné "nuit inévitablement au confort des riverains."

Neuf points de discorde

SI l'on en croit l'instigateur de la pétition, "une écrasante majorité des riverains" serait contre le projet tel qu'il est présenté actuellement. "Dans un premier temps, nous avons établi un sondage d'opinion. 44 personnes sur 45 veulent une place minimaliste, un giratoire et plus de places de parking", explique Bernard Lemercier.

Ces trois points forts, font partie des neuf revendications du collectif citoyen Capouillet. "Ce projet ne prend pas en compte une série de paramètres pourtant essentiels aux yeux des riverains et risque d'accentuer les nuisances déjà connues de la place." Parmi les autres revendications, on retrouve : le déséquilibre entre la partie plus apaisée, du côté du nouveau bâtiment et le reste de la place ; des voiries bien trop étroites pour le passage et les manœuvres des camions qui livrent le Carrefour Express ; aucun élément propice au développement de la mobilité douce (piste cyclable, bornes électriques, etc.) ; un projet trop minéral et trop peu de verdure ou encore, une zone de rencontre qui risque d'accentuer les nuisances déjà connues de la place.

La revitalisation de la place Capouillet, à Waterloo, ne fait pas l’unanimité : "aucune demande des riverains n’est prise en compte"
©D.R.

Florence Reuter assure pourtant que des concertations populaires avec présentation de l'avant-projet, puis du projet ont été menées. "Il a déjà fait l'objet de consultations. J'ai plusieurs fois reçu des riverains dans mon bureau et nous avons essayé de prendre en compte les remarques de chacun. Malheureusement, nous sommes également confrontés aux exigences de la Région wallonne, notamment en ce qui concerne le sens giratoire qui n'a pas été accepté, car ce sont eux qui payent la facture."

Le projet est maintenant au stade de la demande du permis d'urbanisme. La bourgmestre ne se dit "opposée à rien et prête à modifier ce qui est modifiable". "Bien sûr que nous pouvons encore discuter de l'essence des arbres, de la possibilité de mettre des bornes électriques ou encore de dégager une zone cyclable."Tout en insistant sur le fait "qu'il faut également prendre en compte les exigences de la région et que cette dernière ne va pas indéfiniment réserver son budget pour la place Capouillet."

Bernard Lemercier considère de son côté"qu'il est plus important de prendre en compte les réels besoins des riverains plutôt que de considérer qu'un budget reçu doit obligatoirement être utilisé."Le dossier pourra être consulté en ligne et sur rendez-vous jusqu'au 30 août, date à laquelle se termine l'enquête publique.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be