Fromagerie Saint-Michel à Waterloo : “Le prix des fromages hors France a explosé”

Coût de l’énergie, prix des matières premières, transport, etc. L’industrie du Fromage prend la crise de plein fouet.

Simon Chérot
Fromagerie Saint-Michel à Waterloo : “Le prix des fromages hors France a explosé”
©S.C.

La fromagerie Saint-Michel, institution depuis 1947 dans le centre de Waterloo semble être un roc. Pourtant comme la plupart des PME, celle-ci subit de plein fouet l'augmentation générale des prix. "C'est un effet boule de neige", explique Fabien Delange, gérant du lieu, "l'accumulation du coût de la vie à tous les niveaux".

En effet, si la facture énergétique a quadruplé, ce n'est pas le seul facteur qui inquiète le fromager. "Si l'énergie est un premier coup de massue, l'augmentation du prix des matières premières, le coût du transport et la frilosité grandissante des consommateurs, rend l'avenir incertain".

Premier maillon de la chaîne, les matières premières. "Nous sommes impactés indirectement par l'augmentation du prix des matières premières de deux manières : la première, c'est un choix et une quantité réduite car certains producteurs réduisent leur production, voire l'arrête. La seconde, c'est l'augmentation du prix qui se répercute sur nos clients, ce qui les rend plus frileux".

Selon Fabien, le prix du fromage venant d'autres pays que la France, est devenu impayable. "Aujourd'hui, le prix du fromage belge a explosé dû au prix des matières premières. Quant aux fromages venus de plus loin, de Suisse ou d'Italie, c'est le coût du transport qui interfère."

D'autres éléments auxquels on ne pense pas forcément alourdissent encore la balance : "Nous qui sommes spécialisés dans la vente de plateaux de dégustations, nous sommes également impactés par l'augmentation du prix du bois. Il faut penser à tout."

L'inflation touche tout le monde, le particulier également, dont le panier moyen diminue pour se consentrer sur l'essentiel. L'hiver approche et la crise ne semble pas prendre de pause. "Ça devient acrobatique. Je vois de plus en plus de collègues arrêter. Les fêtes de fin d'année approchent, mais nous restons pourtant méfiants".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be