Un prévenu qui n’en est pas à son premier vol estimait avoir été sanctionné trop durement.

Le 19 juillet 2018, Jean-Hugues, un habitant de Lasne, a été intercepté par un membre du personnel du magasin Delhaize de Waterloo. Il venait de passer les caisses et s’apprêtait à sortir, après avoir payé deux articles via le système de self-scanning. Le souci, c’est qu’il avait emporté bien plus que ces deux produits : au total, il avait dissimulé pour 210 euros de marchandises en espérant ne pas les payer.

Sans doute pas le casse du siècle mais le gaillard n’en est pas à son premier fait du genre et il a été cité en correctionnelle, en janvier dernier, pour venir rendre des comptes. Il n’a pas fait le déplacement et a écopé de sept mois de prison ferme.

Faisant opposition à ce jugement, il a tenté de se justifier. Difficile, vu la nature des produits de voler, de prétendre que c’était pour manger et qu’il était dans une situation impossible. Mais il a précisé qu’après avoir été épinglé sur place, il avait fait venir un ami et que celui-ci avait tout payé. Et donc, selon lui, réglé le problème. "Je pensais qu’on n’était pas poursuivi si on payait la marchandise : il n’y a pas de préjudice", a-t-il affirmé sur le banc des prévenus.

Réplique de la présidente : "Donc il suffit de tenter de voler et si ça ne marche pas, on paie ? Avec votre expérience judiciaire, je ne suis pas sûr que vous pensez que ça fonctionne comme ça…"

Le tribunal, dans son jugement, relève la gravité des faits et le fléau que constitue ces vols dont le coût finit par être répercuté sur les autres consommateurs. Vu les antécédents du prévenu et sa situation de récidive, la justice estime qu’il n’y a pas lieu de revoir la peine infligée par défaut. Les sept mois d’emprisonnement ferme ainsi qu’une amende de 560 euros sont dès lors maintenus.