Seul élu DéFI au sein du conseil communal de Braine-l’Alleud, Christian Ferdinand a rejoint les rangs de la majorité, composée jusqu’alors uniquement de La Liste du Bourgmestre (MR). L’équipe de Vincent Scourneau détient une majorité absolue avec 18 sièges sur 33 mais elle a tendu la main à l’élu du parti amarante avec qui ils partagent des valeurs communes, telles que le développement durable.

Ce basculement provoque de facto la fin de l’”opposition majoritaire”, tel que les partis de la minorité aimaient se faire appeler. C’est qu’ensemble, PluS, Intérêts Brainois (IB), Ecolo et DéFI représentaient plus de 50 % des suffrages mais ça ne suffisait pas pour obtenir un nombre de sièges suffisant, selon la clé Imperiali.

Aux yeux de la minorité, il s’agit d’une opération politique de la part des libéraux, afin de s’assurer une majorité confortable. “Le fait d’associer Christian Ferdinand à la majorité est un signal clair de nervosité de la part de Vincent Scourneau, observe Olivier Vanham, chef de groupe IB. En outre, depuis mai, on peut commencer à déposer des motions de méfiance constructives, qui pourrait ainsi renverser la majorité. Il sentait qu’il n’avait pas toutes les cartes dans son jeu. Les 6 % que représente DéFI font toute la différence.”

Son homologue Ecolo est du même avis. “On a une opposition soudée et cohérente et qui travaille en bonne intelligence, on n’avait pas ça par le passé, ajoute Corentin Roulin. Le bourgmestre est prudent face à cette opposition. Ce sont des manœuvres politiques.”

Tous deux estiment que DéFI aurait pu exiger davantage que la présidence de la future commission de développement durable en échange de ce transfert, une place d’échevin par exemple. “Quand on sert une majorité en place, on le fait contre quelque chose, ici ils font ça contre du vent”, sourit Corentin Roulin.