Waterloo - Braine l'Alleud Une initiative originale pour promouvoir le dépistage du cancer de l’intestin.

Selon les statistiques, un Belge sur vingt sera confronté au cancer de l’intestin et contrairement à ce qui est souvent rapporté, seuls 20 % des cas sont dus à des causes familiales ou héréditaires.

Le surpoids, le tabac, l’alcool ou encore le manque d’exercices physiques sont des facteurs de risque pour cette pathologie qui est loin d’être anodine : 8 000 nouveaux cas sont détectés chaque année en Belgique, et 3 000 personnes par an décèdent.

Le message n’est pas très réjouissant mais les programmes de dépistage, à suivre à partir de 50 ans, permettent de détecter les risques en amont. C’est que ce cancer est causé par de petits polypes bénins qui peuvent évoluer défavorablement - mais ce n’est pas la majorité des cas - en tumeur maligne en huit à dix ans.

Ceux qui sont passés par l’entrée principale du Chirec, hier à Braine-l’Alleud, devraient être incollables sur le sujet. En effet, à l’initiative du service de gastro-entérologie et d’oncologie digestive, une action de prévention était menée durant toute la journée pour expliquer toute l’importance du dépistage.

Avec un côté ludique puisque les curieux pouvaient non seulement recevoir des explications et des tests, mais étaient également invités à entrer dans… un côlon géant.

Une structure gonflable, en réalité, qui montrait bien comment fonctionne l’intestin, ce qu’est un polype, comment se présentent des diverticules…

"Le cancer de l’intestin touche des zones intimes et il n’est pas toujours aisé d’en parler, constatait sur place le Dr Bertrand Vos, chef du pôle viscéral à l’hôpital de Braine. C’est aussi un cancer silencieux : les symptômes sont peu spécifiques et il faut le détecter au plus tôt pour se donner toutes les chances de contrer la maladie."