Waterloo - Braine l'Alleud Les pompiers ont rencontré le commandant et le président de zone, qui promettent deux hommes en plus.

Dimanche, les pompiers brainois exprimaient officiellement leur ras-le-bol avec une banderole évocatrice : "Manque de personnel. Population en danger !" Ce mardi, une nouvelle action a été menée devant la caserne brainoise afin de sensibiliser la population à cette situation qui devient compliquée à gérer pour les hommes du feu, qui font face à un cruel manque d’effectif. "Les gens tombaient des nues car ils ne connaissent pas du tout notre situation , explique le sergent Bibi. Ils en ont déjà entendu parler à l’époque avec la caserne de Wavre et à présent ils se rendent compte que c’est la même chose à Braine-l’Alleud."

Il faut dire que ce dimanche la situation était catastrophique avec seulement sept hommes sur place pour s’occuper de plus de 100 000 personnes ! Interpellés par ce coup de gueule, le commandant de zone ainsi que le président de la zone de secours sont allés à la rencontre des hommes du feu brainois ce mardi afin de se rendre compte, sur place, de la problématique. "On a eu l’occasion de discuter du futur et on nous a promis que fin juin deux personnes supplémentaires seraient affectées à la caserne de Braine afin d’assurer un départ ambulance et garder du personnel pour les autres missions" , se réjouit le sergent Bibi.

Plus tard, dans le courant du mois de décembre, d’autres engagements sont à l’agenda pour l’ensemble de la zone, avec, une fois encore, une bonne nouvelle pour Braine-l’Alleud. "Logiquement, huit pompiers seront dévolus pour le poste de Braine, ce qui nous permettra de monter à dix personnes la nuit au lieu de huit actuellement. Dans un premier temps, on espère que les deux personnes prévues pour fin juin arriveront, ce qui permettra de soulager une partie de l’équipe."

Car il ne faut pas s’en cacher, aujourd’hui, la situation est compliquée et pesante pour l’ensemble du personnel. Mais, avec ces promesses de renforts, les actions de "grogne" devraient donc s’arrêter du côté de Braine-l’Alleud. "Ça part dans le bon sens mais la situation ne change pas : jusqu’en juin, on sera toujours en sous-effectif" , conclut le sergent Bibi.